Éditorial : Encore Air Canada

En prenant connaissance du rapport spécial du Commissaire aux langues officielles sur la situation à Air Canada, j’ai eu l’impression de faire un saut dans le temps. Je me suis souvenu de toutes les plaintes de journaux francophones qui ne recevaient pas de publicités d’Air Canada alors que leurs contreparties anglophones les recevaient.
L’un des arguments soulevés dans le temps était celui de la concurrence des autres compagnies aériennes, qui elles, n’avaient pas à se plier aux exigences linguistiques.
Il y a deux réponses à cet argument d’Air Canada. D’une part, comme le suggère le Commissaire aux langues officielle du Canada, puisque le transport aérien relève de la compétence d’Ottawa, le gouvernement fédéral n’a qu’à assujettir tous les transporteurs aériens aux mêmes exigences linguistiques s’ils veulent continuer à desservir le Canada. De cette façon, il n’y aurait pas de désavantages économiques.
D’autre part, ce même argument était soulevé par Air Canada lorsque les deux seules compagnies aériennes nationales étaient Air Canada et Canadian. Qui a survécu à l’apparition de West Jet? Celle qui se disait désavantagée financièrement par les exigences linguistiques, ou l’autre qui n’avait pas un tel fardeau économique? Eh bien, c’est Air Canada qui a survécu et absorbé plusieurs itinéraires de son concurrent. Canadian n’existe plus.
La raison est simple : malgré des accrocs fréquents à la loi, Air Canada offre tout de même plus de services en français que ses concurrents et est tout de même le transporteur privilégié de nombreux francophones et ce, depuis que je voyage en avion. Ça, c’est un avantage concurrentiel qui a servi Air Canada durant toutes ces années.
Il faut donc appuyer la recommandation du Commissaire de légiférer sur l’ensemble de l’industrie du transport aérien de passagers afin de faire cesser cet argument douteux de la concurrence déloyale.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.