Activité hivernale : En 2018, une petite marche jusqu’à Tuk, ça vous dit?

Maxime Carpentier de l’équipe The Wanderers se réchauffe près d'un feu lors d’une marche en raquette comptabilisée pour la marche vers Tuk. (Courtoisie JL)

Maxime Carpentier de l’équipe The Wanderers se réchauffe près d'un feu lors d’une marche en raquette comptabilisée pour la marche vers Tuk. (Courtoisie JL)

L’événement Walk to Tuk de la NWT Recreation and Parks Association est de retour aux Territoires du Nord-Ouest.
 

Cette année encore, la communauté, les écoles et les milieux de travail sont invités à créer des équipes afin de participer à ce défi hivernal bien inscrit dans l’agenda des TNO et qui a comme mission de faire bouger les Ténois. Il y a exactement 1658 km qui séparent Big River à Fort Providence de Tuktoyaktuk. Les différentes équipes participantes se doivent de parcourir l’équivalent de cette distance en effectuant toutes sortes d’activités physiques. L’objectif est donc de cumuler minutieusement ses heures et minutes actives effectuées, jour après jour, afin de faire avancer son équipe sur la carte interactive de Walk to Tuk de la NWT Recreation and Parks Association.

Quelques règles à suivre
Les consignes sont simples. Tout d’abord, les équipes doivent être composées de maximum 20 personnes (35 pour les groupes scolaires). Ensuite, elles ont du 2 janvier au 28 février pour parcourir 1658 km. Une heure de marche équivaut à 5 km pour une équipe de moins de 10 personnes ou à 4 km pour une équipe de 11 à 20 personnes. Finalement, toute activité intense telle que la course ou le ski de fond doit être d’une durée minimum 15 minutes, afin d’être acceptée dans le décompte des heures actives.

Des équipes des TNO, du Canada et du monde…
À ce jour, il y a plus de 260 équipes inscrites à l’aventure 2018. De ce nombre, nous pouvons noter la participation de plus d’une dizaine d’équipes franco-ténoises. C’est plus de 2500 participants qui ont fait le choix d’être plus actifs pendant les mois de janvier et de février! Pour l’édition 2018, l’organisation a comme objectif d’avoir une équipe inscrite pour chaque collectivité des Territoires. Pour le moment, 26 collectivités sur 33 participent à Walk to Tuk. L’organisation désire également avoir une équipe scolaire pour chaque collectivité. Quelques jours avant la fin de la période d’inscription (le 15 janvier), 13 communautés possèdent une équipe-école. La NWT Recreation and Parks Association a encore espoir de faire marcher l’entièreté des Territoires du Nord-Ouest cet hiver!


Finalement, Walk to Tuk incite non seulement les Ténois à être plus actifs durant les sombres mois d’hiver, mais le projet fait également bouger les familles et amis se retrouvant à l’extérieur du territoire, quelques anciens résidents et même certains travailleurs d’outremer…. Eh oui, car l’édition 2018 peut même compter sur la participation d’une équipe de l’Inde.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.