Semaine de l'alphabétisation : Écriture, lecture, passion

24 septembre 2015
0 Commentaire(s)
Caroline Roux reçoit des mains du ministre de l'Éducation, Culture et Formation, le prix de l'éducateur en alphabétisation de l'année 2015. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

Caroline Roux reçoit des mains du ministre de l'Éducation, Culture et Formation, le prix de l'éducateur en alphabétisation de l'année 2015. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

Caroline Roux, coach d’alphabétisation à la commission scolaire YK1, reçoit le prix du ministre de l’éducateur 2015.

 

C’est la semaine de l’alphabétisation aux TNO et Jackson Lafferty, le ministre de l’Éducation, a remis ses récompenses annuelles. Le mardi 22 septembre, au Northern United Place, Caroline Roux, qui travaille depuis 20 ans au sein de la commission scolaire YK1, a reçu la distinction de l’éducateur d’alphabétisation de l’année.
C’est sa passion pour l’enseignement de la langue française, son dynamisme et ses capacités à collaborer et inspirer ses collègues qui ont été soulignés. « Ça fait chaud au coeur, avoue Caroline Roux. C’est un prix où ce sont les gens autour de toi qui te nominent, alors c’est touchant qu’ils aient pris ce temps pour moi. Je ne m’y attendais vraiment pas. »
Jean-Marie Mariez, directeur des programmes d’enseignement en français à YK1, n’a pu cacher son enthousiasme au cours de la cérémonie. « Elle joue un rôle indispensable. Caroline est sur la ligne de front pour aider les enseignants avec leurs outils et stratégies francophones pour les enfants. Félicitations, elle change la vie des enseignants. »
Deux enseignantes d’immersion à Fort Smith qui bénéficient des conseils de Caroline Roux étaient présentes à Yellowknife cette journée-ci. Elles ont tenu à participer à la remise du prix. « C’est notre coach de littéracie francophone. Elle est dévouée, elle donne vraiment tout son cœur, expliquent Christine Sivret et Samantha Roberts. Elle amène un bagage, une perspective essentielle aux enseignantes qui travaillent en immersion. C’est notre deuxième année à Fort Smith, et nous avons vraiment profité des ressources professionnelles que Caroline nous a fournies, comme les trousses d’apprentissages pour la lecture et l’écriture. »
C’est grâce à un partenariat entre les deux commissions scolaires publiques de Yellowknife et Fort Smith que Caroline Roux peut suivre de près l’expansion du français à l’école J.B. Tyrrell.
Enseignante d’immersion puis enseignante de soutien au français, jusqu’à coach en littéracie, Roux a toujours eu l’impression de grandir alors qu’on lui permettait de collaborer avec ses collègues. Elle dit que sa commission scolaire offre énormément de soutien à ses employés et qu’en passant d’enseignante au programme de soutien, elle s’est sentie plus impliquée. « Je pense que j’ai la chance de collaborer avec des enseignants de cœur, qui ne calculent pas leur temps. En tant que coach, je leur passe la passion et l’expérience. Ensemble, on apprend ». Caroline Roux, qui aiguillent principalement les éducateurs des écoles J.H. Sissons et William McDonald, souligne qu’elle a beau donner, passer la passion et inspirer, la réalité reste que c’est l’enseignant qui fait la différence : « À la fin, c’est toi et ta classe. Si tu travailles avec un livre qui est un coup de cœur, c’est certain que les enfants vont accrocher. »
Trois autres prix ont été décernés au cours de cette cérémonie qui récompense des adultes apprenants et ceux qui encouragent la littéracie aux étudiants de tout âge.
Carol Elanik du Delta de Beaufort a été récompensée pour son dynamisme au sein de sa communauté et sa ténacité face à son éducation. Catarina Owen du Sahtu a été reconnue pour son travail au sein de la bibliothèque de Norman Wells. Le Conseil de leadership et alphabétisation de la commission scolaire de division du Slave Sud s’est vu remettre le prix de l’organisation qui a le mieux amélioré la littéracie au sein de ses communautés.