Rétrospective 2015 : Économie : 2015 commence en semant des graines

07 janvier 2016
0 Commentaire(s)
Antoine Gagnon est le directeur général du Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO)

Antoine Gagnon est le directeur général du Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO)

Le Northern Farming Training Institute (NFTI) a annoncé le 16 janvier qu’il devenait le premier membre canadien du réseau de l’Institut Savory, un organisme international spécialisé dans la restauration des terres par la gestion holistique, une forme d’administration globale, qui tient autant compte de l’économie, de l’environnement que de l’aspect social.
Le 2 février, Antoine Gagnon est le directeur général du Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO). Il assure la continuité des dossiers entrepris par Anne-Christine Boudreau. On parle notamment de terminer le processus de planification stratégique de l’organisme pour les prochaines années.
Le 5 février, le ministre des Finances Michael Miltenberger présente le premier budget de la nouvelle ère du transfert des responsabilités. Il se veut prudent, marqué par la volonté d’équilibrer les dépenses (1,68 MM$) et les revenus à une étape où stagnent ces derniers (1,83 MM$). Les recettes proviennent principalement de la formule de financement des territoires (68 %) et des taxations (14 %). L’exploitation des ressources n’arrive qu’en cinquième position, avec 4 % des recettes totales. La démographie est un des éléments entrant dans le calcul de la formule de financement des territoires. Le ministre de Finances maintient son objectif d’augmenter la population de 2 000 personnes d’ici 2019. Le gouvernement des TNO attend toujours l’autorisation du gouvernement fédéral pour hausser son plafond d’emprunt à 1,6 MM$.
Le 10 février, Leona Aglukkak annonce que l’industrie touristique ténoise pourra bénéficier d’une aide appréciable grâce à un fonds de 2,8 M$ provenant de l’Agence canadienne de développement économique du Nord (CanNord). La subvention, échelonnée sur deux ans, se sépare en deux enveloppes égales. La première, enrichie de contributions de 5,7 M$ du gouvernement ténois, et de 210 000 $ des partenaires de l’industrie, servira au développement des marchés asiatique, européen et nord-américain. La seconde enveloppe servira à faire des recherches sur le tourisme et à développer Fort Resolution, Lutsel K’e, Fort Simpson, Deline et Tuktoyaktuk comme destinations.
Au mois de mars, le ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation (MECF) s’est fixé une augmentation de 25 % des immigrants reçus chaque année jusqu’en 2018, grace aux améliorations apportées à son programme des candidats. En calculant 1,5 personne à charge par candidat, un nombre approximatif de 510 personnes pourraient arriver aux Territoires d’ici 2019. La limite d’immigrants que les Territoires du Nord-Ouest peuvent recevoir par l’intermédiaire du programme est passée de 150 à 250.
Du 17 au 19 mars, plusieurs représentants francophones du monde des affaires de l’Alberta étaient à Yellowknife avec des représentants de divers créneaux comme la construction, l’ingénierie, la production vidéo. Etc.
Au début du mois de juin, David Ramsay, le ministre de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, affirme qu’il y a au Sahtu des ressources qui pourraient changer le paysage social et économique des Territoires du Nord-Ouest et fournir des centaines d’emplois. Il s’appuie sur l’estimation conjointe de la Commission géologique des Territoires du Nord-Ouest et de l’Office national de l’énergie, selon laquelle le Sahtu contiendrait près de 200 milliards de barils de pétrole de schiste.
Quelques jours plus tard, le ministre Ramsay mène deux négociations pour relancer l’industrie de la pêche aux TNO. La première vise à obtenir du financement du gouvernement fédéral pour construire une nouvelle usine de transformation de poisson à Hay River. La seconde interpelle la Fédération des pêcheurs des Territoires du Nord-Ouest et l’Office de commercialisation du poisson d’eau douce (OCPED) pour obtenir de ce dernier l’accès au marché albertain.
Le 20 juillet le Conference Board du Canada a rendu publique ses perspectives économique pour les trois territoires canadiens. Le prix des métaux et du minerai qui demeure toujours à la baisse, affectera négativement les perspectives du Yukon et des TNO, où une baisse du produit intérieur brut (PIB) est à prévoir. Pour sa part, le Nunavut s’en sortira mieux en raison d’importants travaux de construction. Le PIB des TNO chutera de 2 % en 2015.
Le 10 septembre, le gouvernement ténois dévoile que les premiers paiements aux organisations autochtones signataires de l’entente de transfert des responsabilités s’élèvent à 6 296 280 dollars. En 2014, le GTNO estimait encore que le transfert aux organismes autochtones allait s’élever à 15 millions de dollars. Le gouvernement espérait quand a lui effectué un solde fiscal de 45 millions, mais finalement après avoir retranché la moitié de ses revenues des ressources au gouvernement fédéral et payé les groupes autochtones, le GTNO ne retiendra que 23,9 millions de dollars.
Le 4 décembre, le group DeBeers Canada a annoncé qu’il placait sa première mine de diamant canadienne en état d’entretien et de maintenance. cette exploitation souterraine employait plus de 700 employés depuis 2008. De Beers a annoncé que 434 de leurs employés ne seraient pas requis pour la mise en état d’entretien et de maintenance. Outre les employés qui résidaient aux TNO, ce sont aussi les entreprises ténoises sous-traitantes qui ne participeront plus aux activités de la mine. Selon son rapport 2014, De Beers aurait investi durant cette année, 126 millions de dollars aux TNO, dont 50 M$ alloués à des sociétés autochtones et leurs entreprises associées.