L’entente est finalement signée : École française d’Iqaluit

19 novembre 1999
0 Commentaire(s)
Le ministère du Patrimoine canadien a annoncé le 14 novembre dernier la signature d’une entente avec le gouvernement du Nunavut pour la construction d’une école française à Iqaluit. Selon cette entente, la construction de l’école débutera au printemps de l’an 2000, et se terminera en septembre 2001.

Selon Daniel Cuerrier, directeur général de l’AFN, la nouvelle n’a guère excité la population francophone d’Iqaluit qui s’était déjà fait annoncer la nouvelle par Louis Chagnon de Patrimoine candien lors de leur dernière assemblée générale.

Cette annonce avait d’ailleurs suscité une campagne anti-francophone l’an dernier dans la capitale du Nunavut. Daniel Cuerrier estime cependant que tel ne sera pas le cas dans le nouveau contexte. Il explique que « depuis la création du Nunavut, les gens réagissent beaucoup plus calmement ». La nouvelle école aura une superficie de 1536 mètres carrés et pourra accueillir 132 élèves de la maternelle à la 9e année. Outre des classes, l’école comptera une salle communautaire, une bibliothèque et une garderie dont pourront profiter tous les membres de la communauté francophone d’Iqaluit.

Avec l’école Émilie Tremblay de Whitehorse (Yukon), l’école Allain St-Cyr de Yellowknife (T.N.-O.), cette construction instaurera une nouvelle ère où tous les territoires nordiques comptent au moins une école française. La participation financière du gouvernement du Canada s’inscrit dans le cadre de l’Entente auxiliaire relative à la construction d’une école française à Iqaluit ratifié par le ministre de l’Éducation du Nunavut, James Arvaluk, à l’occasion de la première assemblée générale de l’Association du Nunavut.

Le coût total du projet s’élève à 5,53 millions de dollars et la contribution du ministère du Patrimoine canadien se chiffre à 4,5 millions de dollars.

« L’avenir d’une communauté francophone éloignée comme celle d’Iqaluit repose pour une large part sur un enseignement en français. Cette école sera un foyer francophone pour les élèves et tous les membres de la communauté », a déclaré la ministre Sheila Copps. « Cette nouvelle école francophone nous donnera l’occasion de démontrer que nous croyons en la diversité culturelle au Nunavut », a déclaré le ministre James Arvaluk.

Le projet est celui d’une école homogène de langue française bien que des membres de la communauté anglophone auraient aimé que l’école serve aussi pour des classes d’immersion.

Daniel Cuerrier indique que le Conseil scolaire francophone d’Iqaluit favorise plutôt une école comprenant deux secteurs, le second secteur servant à l’enseignement de l’inuktitut langue première. Les appels d’offres pour les travaux d’architecture et d’ingénierie seront lancés en décembre. Les appels d’offres pour les entrepreneurs en construction seront lancés en avril et les contrats seront attribués en mai. La construction réelle pourra donc commencer dès que les matériaux atteindront la capitale, en juillet ou août 2000.