Maternelle et première année divisées : École Allain St-Cyr

09 juin 2000
0 Commentaire(s)
Avec 28 élèves de la maternelle et de la première année à sa charge, Mme Martine Gauvin a certainement du pain sur la planche. L'enseignante de l'école Allain St-Cyr est doublement occupée par le projet pilote de maternelle à plein temps qui a été entamé en début d'année. Elle doit également préparer les activités et corriger les travaux des enfants. Malgré le constat de sa lourde tâche, Mme Gauvin n'est pas la personne à se réjouir de la diminution de ses responsabilités lorsque les élèves de la maternelle et de la première année seront séparés en septembre. « Je vais perdre tous mes petits bébés », s'est-elle lamentée.

Cette enseignante estime qu'elle avait un beau groupe d'élèves talentueux et sages. Malgré les différences d'âge entre les jeunes de la première année et ceux de la maternelle, l'harmonie régnait parmi les membres du groupe. De plus, l'assistante Dominique Côté a adéquatement aidé Mme Gauvin à remplir ses fonctions en aidant les élèves à apprendre leurs leçons. Cette dernière concède toutefois qu'elle pourra plus individualiser son approche avec les élèves lorsque son groupe sera divisé l'année prochaine. Le nombre d'élèves lui permettra également de dévoiler son côté sévère. « Je serai plus exigeante avec un petit groupe d'élèves qu'avec un gros », a-t-elle laissée entendre. « Je pourrai également apprendre à mieux les connaître et leur donner plus d'attention ».

La directrice de l'établissement, Julie Bouchard, soutient que la division est plus le résultat du facteur GBS (gros bon sens) que toute autre chose. Le ministère de l'Éducation, de la Culture et de la Formation tente de limiter le coefficient élève-maître à environ 17 étudiants par classe, selon cette dernière.

« Ca prend une personne très organisée pour s'occuper de 28 élèves », a-t-elle constaté. « Martine a deux groupes, mais peut-être six niveaux différents puisque chaque élève apprend à un rythme différent ». Les changements étaient anticipés depuis quelques semaines. Mme Bouchard admet que l'école s'est donné un objectif de 27 élèves avant de procéder aux changements.

Elle a également annoncé que l'école s'apprête à accueillir environ 90 élèves en septembre. Ce chiffre prend en considération les familles qui quitteront Yellow-knife cet été. Le total représente une hausse du nombre d'inscriptions de 80 pour cent par rapport à 1998, lorsque seulement 50 élèves fréquentaient l'établissement.

Mme Bouchard estime que l'ouverture de la nouvelle école en septembre 1999 a instauré un climat de confiance parmi les parents. Auparavant, ils étaient alors moins portés à envoyer leurs enfants dans les portatives, voire dans des établissements temporaires, toujours selon cette dernière. « Il ne faut pas simplement attribuer la hausse phénoménale de l'inscription à l'édifice ; les parents ayant des enfants à St-Joseph ne diront pas que notre local est nécessairement meilleur. Il faut plutôt féliciter les enseignants pour leur esprit d'équipe et leur travail dévoué au sein de la communauté », a-t-elle renchéri.

Avant que les changements puissent être effectués, les élèves doivent compléter leur année scolaire. La dernière journée de classe aura lieu le 23 juin.