AFCHR : Du développement à Hay River

01 septembre 2016
Louis-Nicolas Dolbec. (Photo crédit : Sandra Inniss)

Louis-Nicolas Dolbec. (Photo crédit : Sandra Inniss)

Avec Louis-Nicolas Dolbec comme nouvel agent de développement et Édith Vachon-Raymond à titre de présidente par intérim, un regain d’énergie et de vitalité se fait sentir à l’Association franco-culturelle de Hay River (AFCHR).
 

Ça a bougé à l’AFCHR au cours des dernières semaines. L’association était dépourvue d’agent de développement depuis décembre et le conseil d’administration avait plusieurs postes vacants depuis les derniers mois. La Fédération Franco-Ténoise (FFT) s’est réjouie de l’arrivée de Louis-Nicolas Dolbec à Hay River.

« On n’est pas les seuls [à se réjouir], les autres associations veulent imprégner le nouvel agent de développement de cette francophonie, pour avoir une antenne à Hay River », a commenté Jean de Dieu Tuyishime, directeur de la FFT. Il a d’ailleurs souligné la nécessité de ce nouvel acteur clé, pour assurer la vitalité de la communauté.


Un séjour exploratoire a été organisé pour Louis-Nicolas Dolbec, afin qu’il rencontre ses futurs collaborateurs à Yellowknife. « Être agent de développement dans une communauté, ça implique de travailler dans un organisme sans but lucratif, comprendre les exigences financières que cela comporte et connaitre les outils pour une bonne programmation. Cette orientation est également l’occasion de démontrer que l’on n’est pas seul, il y a aussi des gens autour de nous », a dit Jean de Dieu Tuyishime.


Louis-Nicolas Dolbec était d’accord : « Ça devient plus concret de rencontrer les différentes personnes à la tête de la Fédération Franco-Ténoise, Jeunesse TNO et Réseau TNO Santé. »
Ces rencontres lui ont permis de tisser des liens : « Je commence à voir les projets qui vont se réaliser au cours des prochains mois. La clé c’est d’être en contact avec le plus de gens possible », selon lui.


Analyste en recherche à l’Université de Montréal pour le bureau de développement de la fondation de cette institution, il a étudié en sciences de l’information, domaine duquel il est passionné.


Conseil d’administration de l’AFCHR

Jusqu’à la prochaine assemblée générale, prévue le 23 septembre prochain, Édith Vachon-Raymond assurera les fonctions de la présidence par intérim à l’Association culturelle francophone de Hay River. Édith a été journaliste pour L’Aquilon à Hay River de 2010 à 2013, et vient tout récemment de se réinstaller dans le Nord. C’était dans la bonne humeur qu’elle a énoncé ses défis à relever, dont la recherche active d’un local pour l’AFCHR.


Lorsque cette étape sera franchie et que le nouveau conseil d’administration sera en fonction, l’AFCHR ne tardera pas à entamer les préparatifs pour son 30e anniversaire, qui aura lieu en 2017, avec une toute nouvelle équipe.


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 09 octobre 2016, 14 h 32
De 2009 à 2013 à L'Aquilon :-)
Laissez nous vos commentaires
Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.