Sur les écrans : Du cinéma aux quatre coins des TNO

La Fédération franco-ténoise (la FFT) en collaboration avec des partenaires locaux et nationaux a organisé une projection gratuite et ambulante de courts-métrages autant pour les enfants que pour les adultes. Il s’agit des « Courts d’automne ».

Afin de toucher l’intérêt d’un plus grand nombre de personnes, la FFT a créé deux programmes qui ne sont pas nécessairement présentés l’un à la suite de l’autre dans une même ville. Le premier étant adressé aux enfants, le choix des films a été fait avec Antonin Monmart.

Selon Andréanne Simard, agente de développement communautaire et des communications à la FFT et initiatrice du projet, le réaslisateur est « un partenaire à l’extérieur […] qui est à longueur d’année à la recherche des meilleurs courts-métrages dans le monde ». Sa quête a mené à une trouvaille de sept films d’animation provenant de quatre pays pour un total de 60 minutes.

Pour les plus grands
L’Office national du film du Canada a offert sa sélection « Aabiziingwashi » (Bien éveillé) pour présenter 13 films autochtones pour les plus âgés. Andréanne Simard souligne la chance d’avoir eu le soutien de l’ONF pour cette diffusion : « 250 films autochtones étaient rendus accessibles et gratuits pour n’importe qui au Canada qui voulait faire des projections. »


Elle a donc « travaillé avec l’ONF pour avoir une programmation de 78 minutes, d'une valeur [en droits d’auteurs et de diffusion] de 1040 $ ». Ses critères de sélections étaient simples : les films doivent être en français ou être sous-titrés dans cette langue et ayant une certaine portée sur le Nord. Pour le reste, elle laissait les spécialistes de l’ONF choisir « leurs coups de cœur » avec des films qui « savent plaire ».


Pour la FFT, ce type d’activité est important : « Notre mandat, c’est un peu de favoriser l’épanouissement de la langue française dans les quatre coins des Territoires du Nord-Ouest », rappelle Andréanne Simard. Depuis un moment, les regroupements francophones de Fort Smith et d’Inuvik ont fermé leurs portes.


Cependant, il y a tout de même une demande pour des activités en français dans ces communautés, entre autres des soirées de projections. C’est pourquoi l'agente s’assure de trouver des contacts dans ces localités.


Son « objectif est de travailler avec les communautés […] de favoriser l’autonomisation citoyenne […] donc l’implication, de faire en sorte que des activités soient mises en place par eux et avec eux ». Ainsi, les résidentes et les résidents de ces villes, bien qu’ils ne fassent pas partie d’une association francophone, peuvent mettre en place les événements préparés par la FFT ou mettre en oeuvre les idées qui leur viendraient en tête en utilisant les ressources de cette dernière.


La tournée « Courts d’automne » bat son plein. Tous les détails sur les prochaines dates et les villes où seront projetés les films sont disponibles sur le site de la FFT. Les cinéphiles devront rester à l’affût puisque les « Courts d’hiver » sont déjà prévus et cette fois, le mandat de faire les choix de films pour les petits et les grands incombera principalement à Antonin Monmart.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.