Agriculture : Deux millions pour la formation en agriculture

28 août 2014
0 Commentaire(s)
Le premier ministre Harper et son épouse ont fait une visite du jardin communautaire de Fort Smith en compagnie de Jackie Milne, présidente de l’Association territoriale des fermiers (PMO photo Jill Thompson)

Le premier ministre Harper et son épouse ont fait une visite du jardin communautaire de Fort Smith en compagnie de Jackie Milne, présidente de l’Association territoriale des fermiers (PMO photo Jill Thompson)

Une approche éducative unique et révolutionnaire, affirme France Benoit
 

Malgré certaines critiques, la visite du premier ministre Stephen Harper dans le Nord a donné lieu à des annonces concrètes et inespérées : le financement à hauteur de 2 M$ du Northern Farm Training Institute à Hay River et le début prochain d'un programme de financement pour la construction de serres commerciales.
Le Northern Farm Training Institute est une initiative de la Territorial's Farmers Association (TFA); on y donne déjà une formation agricole depuis deux ans. La subvention octroyée par le gouvernement fédéral permettra la construction de deux bâtiments et de serres sur une terre de 300 acres appartenant actuellement à la ville de Hay River. La construction du bâtiment principal commencera en 2015. Les étudiants y recevront une formation complète et adaptée au Nord, qui comprendra notamment l'usage de serres hydroponiques testées par le Collège Aurora. Le campus pourrait à la longue héberger les étudiants et leur famille.
« J'ai pu rencontrer M. et Mme Harper, ce qui a été une véritable surprise, et nous avons discuté des défis de l'agriculture nordique, de dire la présidente de la Territorial's Farmer Association, Jackie Milne. Mme Harper vient d'un milieu agricole, je crois, et s'est montrée préoccupée par le coût élevé de l'alimentation dans le Nord. »

École et entreprise
Au plus fort de l'été, spécule Jackie Milne, le Northern Farm Training Institute pourrait offrir jusqu'à 26 emplois sur une ferme conçue de A à Z pour nourrir 200 personnes. « Il y a deux raisons à ça, explique-t-elle. La première, c'est que les collectivités les plus vulnérables des TNO comptent 200 personnes ou moins. Les gens de ces collectivités vont pouvoir apprendre ici comment gérer une entreprise agricole de cette taille. Ils seront ensuite à même de décider s'ils veulent implanter dans leur collectivité une entreprise de cette taille ou en modèle réduit. La seconde raison, c'est que c'est une échelle viable pour une famille ou un groupe de gens aux TNO, permettant de procurer un salaire très décent. »
La présidente de la TFA souligne en outre que le Northern Farm Training Institute s'inscrira dans une démarche d'autosuffisance, se nourrissant d'une partie de sa production et vendant le reste pour couvrir une partie de ses frais d'exploitation. « On ne présume pas qu'on aura toujours des subventions, dit-elle; nous voulons avoir une attitude d'entreprise responsable. »
Le NFTI pourrait générer des ventes annuelles, au prix de détail, de 1 M$. Cette somme pourrait un jour tripler avec la production issue de ce que le gouvernement fédéral présente comme une « nouvelle génération de fermes modulaire ». Il s'agit en fait de serres hydroponiques faisant appel à un éclairage DEL contrôlé par ordinateur et conçues pour une production à l'année dans le Nord. Ces serres ont été développées par l'Université de Guelph dans le cadre du projet AgNorth; le Collège Aurora a fait son étude de marché durant deux ans grâce à des subsides de l'Agence canadienne de développement économique du Nord. Dans le cadre de leur formation, pour la reconnaissance de laquelle une entente reste à convenir avec le ministère de l'Éducation, de la Culture et de la Formation, les étudiants du NFTI apprendraient à utiliser cette nouvelle technologie. Il s'agit d'un projet pilote dont la date d'implantation est pour l'instant indéterminée, et qui donne lieu à un partenariat entre le NFTI et l'Université de Guelph, réputée dans le domaine de l'agriculture comme une institution incontournable.

Une approche révolutionnaire
Selon la vice-présidente de la Territorial Farmer's Association, France Benoit, l'approche éducative du Northern Farm Training Institute est unique et révolutionnaire et son expérience sera suivie dans l'ensemble de la région circumpolaire. « Nous mettons dans la même classe des gens de partout aux TNO, explique France Benoit, des gens de plusieurs générations et de différents niveaux de connaissance. Et quand ils retournent dans leur communauté, ils doivent à leur tour partager leur savoir. » Selon la vice-présidente, des gens de toutes les régions des TNO ont participé aux formations l'an dernier. Cette année, ils proviennent du Slave Sud et du Dehcho. Unique et révolutionnaire, France Benoit en veut encore pour preuve que le NFTI utilise comme formateurs des ressources locales, des gens qui ont développé leur expertise sur le terrain. « Quand on montre aux gens à se nourrir, ajoute-t-elle, il se passe quelque chose : tu développes l'estime de toi. Et tu ne te fais plus passer de sapin. Tout devient possible! »
Lors de son passage à Forth Smith, Stephen Harper a également fait l'annonce d'un nouveau programme appelé Initiative de serriculture dans le Nord, qui sera lancé le 1er septembre prochain et géré par l'Agence canadienne de développement économique du Nord dans les trois territoires (CanNor). Un budget global de 2 M$ pour deux ans sera disponible pour les collectivités et entreprises voulant réaliser des études de faisabilité ou de marché pour accroître la production alimentaire dans des serres, agrandir des serres déjà existantes ou en démarrer de nouvelles. Personne chez CanNor n'a été en mesure de nous en apprendre davantage sur ce programme.