Cédez à la tentation. : Deux étoiles à L'Héritage

20 juillet 2001
0 Commentaire(s)
Le restaurant français L'Héritage n'en est qu'à ses premiers balbutiements, à peine deux ans d'existence, et le voilà l'unique établissement des Territoires du Nord-Ouest à recevoir la mention deux étoiles, selon le guide Where to eat in Canada d'Anne Hardy !

Quel est donc le secret du chef Pierre LePage ? « Ça prend bien de l'argent, de la recherche et de précieux contacts », avoue celui qui possède une collection de légumes miniatures et organiques ! « Je les commande en provenance des États-Unis trois semaines à l'avance », explique le chef.

Même la toile mondiale vient à sa rescousse lorsqu'il s'agit de trouver de précieux aliments et de remplir les petits ventres pour mieux vider les portefeuilles de ses clients ! « Je commence ma 35e année avec le ventre bien rond », signe Susan, la première à avoir apposé sa griffe dans le livre du chef le 20 octobre 1999. « Je finis ma 53e année avec le portefeuille vide », d'ajouter son mari Claude, un Français originaire de Dijon qui est tout de même revenu à l'Héritage en signant cette fois : « encore plus vieux, encore plus pauvre ! »

D'ailleurs, le guide Where to eat in Canada, indique : « Il est impossible de servir de tels mets au bout du monde sans que cela ne coûte un bras et une jambe. C'est ce que fait le chef Pierre ! ». Dans le livre d'Anne Hardy, l'Héritage se classe parmi les 57 restaurants qui, à l'échelle canadienne, ont obtenu deux étoiles.

Anne Hardy ne s'annonce pas, elle se pointe à l'improviste aux restos qui lui sont suggérés par des gens et elle déguste.

« C'est l'un des rares guides qui traite du Nord. Ici, nous sommes trop loin de tout, c'est dur de les convaincre de venir jusqu'ici », avoue Pierre qui n'a qu'un seul souhait, obtenir trois étoiles l'année prochaine ! Il continuera donc d'apprêter le gibier avec ses herbes fraîches et ses baies sauvages, tout en se préparant à représenter le Canada, à Santa Cruz, Bolivie, où il devra préparer un buffet de l'Arctique pour 25 personnes (avis à d'éventuels commanditaires).

N'ayez crainte, il ne compte pas disparaître. « Il n'y a qu'au Nord que je puisse terminer ma journée de travail à 11 h le soir et aller faire de la voile ! », ajoute le chef en souriant.