Waterlution à Fort Smith : Des objectifs atteints

08 octobre 2009
0 Commentaire(s)
Des gens de partout sont venus exposer leur réalité et en apprendre davantage sur celle des autres lors de la fin de semaine, l’ambiance intimiste a permis des échanges en toute franchise entre les participants. (Photo : Myriam Lachance-Bernard)

Des gens de partout sont venus exposer leur réalité et en apprendre davantage sur celle des autres lors de la fin de semaine, l’ambiance intimiste a permis des échanges en toute franchise entre les participants. (Photo : Myriam Lachance-Bernard)

C’est la fin de semaine dernière qu’ont eu lieu les ateliers sur l’eau, à Fort Smith. Plus d’une vingtaine de personnes se sont réunies pour discuter des enjeux entourant l’eau aux Territoires du Nord-Ouest.

 

« Même si ce n’est pas aujourd’hui, je suis convaincu qu’au moins la moitié des participants vont utiliser le nouveau réseau de contacts qu’ils se sont créé en fin de semaine », croit Geneviève Côté, participante à l’événement s’étant déroulé les 2, 3 et 4 octobre derniers. L’horaire souple des ateliers, élaboré par John Blyth, collaborateur de Waterlution et organisateur des ateliers, a donné libre cours à des discussions approfondies sur les enjeux aquatiques. « Les gens pouvaient s’exprimer et dire ce qu’ils avaient sur le cœur », rapporte Mme Côté. Des gens de Lutselk’e ont manifesté leur inquiétude de voir leur eau polluée. Au contraire de Fort Smith, il est encore possible aux habitants de Lutselk’e de s’abreuver à même l’eau de leurs plans d’eau. « Réaliser les problèmes environnementaux des autres résidents du Territoire a été un des points importants, lors des ateliers », explique Geneviève Côté qui croit que cette sensibilisation pourra mener vers une meilleure prévention.

« Le vendredi, il y avait environ 28 personnes, par la suite nous en avons compté en moyenne 25 », dénombre John Blyth qui s’était fixé comme but de rassembler plus d’une vingtaine de personnes. Plusieurs nouveaux visages et une belle diversité entre tous les participants ont aussi contribué au succès de la fin de semaine. « Pour les autochtones, par exemple, ça a donné une bonne idée des ressources en place, à une plus grande échelle », explique Mme Côté qui s’est dite aussi très contente de la présentation de chaque atelier. Les conférenciers attendus étaient tous du nombre et chacun a pu s’exprimer dans un endroit différent, dans le paysage environnant Fort Smith. Ce qui a donné une dimension intéressante aux discours qu’ils ont faits. « On a fait de petits feux et John a servi du thé à tous les participants », raconte-t-elle. Des gens en provenance du Sud sont aussi venus pour donner leur soutien à cette cause.

Auparavant, Waterlution avait déjà organisé des ateliers à Behchoko, cette année, quelques-uns des participants de cette édition étaient aussi présents. Geneviève Côté espère que ce type de regroupement ait dorénavant lieu chaque année. Pour elle, des évènements visant les jeunes de moins de 35 ans comme les ateliers de Waterlution, sont bénéfiques. Pour sa part, John Blyth n’a pas écarté l’idée d’organiser d’autres ateliers comme cela aux TNO, dans les années à venir.