Polar Pond Hockey 2012 : Des francophones grands gagnants

29 mars 2012
0 Commentaire(s)
Les Three Tuques and One Rubber Boot, composé d’un trio de francophones et d’un anglophone
ont remporté la finale, dimanche après-midi. (Photo : Virginie Bouchard)

Les Three Tuques and One Rubber Boot, composé d’un trio de francophones et d’un anglophone ont remporté la finale, dimanche après-midi. (Photo : Virginie Bouchard)

Quarante-et-une équipes, dix glaces et une immense tente bleue ont recouvert la rivière au Foin (Hay River) la fin de semaine dernière pour la quatrième édition du Polar Pond Hockey.

La ville de Hay River a été l’hôte, du 23 au 25 mars, du Polar Pond Hockey, une compétition amicale qui réunit des joueurs des Territoires du Nord-Ouest comme de l’Alberta. C’est dans la vieille ville, au quai des pêcheurs, que se sont déroulés les matchs. Des équipes masculines et féminines de Yellowknife, Hay River, Fort Smith, Fort Simpson, High Level et Calgary se sont affrontées sous le chaud soleil printanier. Des centaines de personnes, participants comme spectateurs, ont pris part aux activités du Polar Pond Hockey 2012.
« Au départ, l’événement avait pour but de ramasser des fonds pour l’aréna, c’est comme cela que tout a commencé. C’est pour développer Hay River et attirer les gens en ville », précise Curtis Rowe, organisateur de l’événement.
La semaine précédant le tournoi, la surface de la rivière a été préparée afin de former une dizaine d’espaces de jeu.

Des règlements particuliers

Le pond hockey se différencie grandement du hockey sur glace intérieur. D’abord la surface est plus dure à l’extérieur, ce qui influence beaucoup le jeu et surtout le coup de patin. « Les glaces sont plus petites. Elles font 75 pieds de large et 150 pieds de long. Il n’y a pas de gardien de but et seulement quatre joueurs peuvent être en même temps sur la glace », souligne M. Rowe.
L’équipement se veut aussi plus léger pour ce type de jeu. « On n’a pas besoin de beaucoup de choses : des patins, un casque, des gants. J’aime mieux jouer avec plus d’équipement, mais ici la seule règle c’est d’au moins porter des patins », explique Josie Farrell, joueuse pour les Tipsy Cups de Hay River.
« La première année, il y avait même des équipes qui ont joué sans patins. Vous pouvez jouer sans casque, sans bâton, sans patins, tout dépend comment vous voulez jouer », réplique l’organisateur.
Certaines équipes avaient même poussé l’audace jusqu’à porter des costumes. On a donc pu voir sur la glace des dindes et des tasses à la poursuite de la rondelle.

En conclusion, c’est l’équipe féminine les Moosehide Mammas de Fort Simpson, les Huskies de Hay River pour la catégorie des retraités et les Three Tuques and One Rubber Boot qui ont remporté les honneurs. L’équipe masculine était composée de trois francophones (Tuques) soit Christian Brideau, André Chabot et Stéphane Millette.