Folk on the Rocks 2013 : Des découvertes pour tous

Le trio Hayden a offert une belle performance au festival Folk on the Rocks (Photo : Nicolas Servel)

Le trio Hayden a offert une belle performance au festival Folk on the Rocks (Photo : Nicolas Servel)

Folk on the Rocks, encore une fois, cette année, a su démontrer
ce qui fait sa distinction : ses collaborations musicales exceptionnelles.



Genticorum, Crooked Brothers, The Trade Offs, Yes Nice!, Hey Ocean et compagnie ont su livrer la marchandise lors de la 33e édition du festival musical Folk on the Rocks (FOTR), à Yellowknife.
Le samedi 20 juillet au Cultural/world stage, une séance d’improvisation a même été organisée entre le groupe de folklore québécois Genticorum et les Crooked Brothers, de Winnipeg. Bluegrass, blues et tutti quanti se sont entremêlés aux rythmes de la musique traditionnelle québécoise. « Nous avions mangé un hamburger avec eux par hasard le vendredi, explique le violoniste de Genticorum, Pascal Gemme, mais nous n’avons su que cinq minutes avant le show que nous allions jouer avec eux. » L’osmose n’a pris que par moments, les deux groupes jouant autrement chacun de leur côté.
« C’est dans l’esprit même du nom de notre band! », rigolent The Trade Offs, en faisant référence à leur aisance à s’improviser avec d’autres musiciens. Le band du Nunavut a d’ailleurs accueilli officiellement Gregory McLaughlin, un compatriote de Yellowknife, dans leur groupe de musique!
Keith MacNeill, le directeur artistique du festival explique que les idées de collaboration de cette 33e édition ont commencé à émerger durant les premiers mois de 2013 et ont pris forme en mai dernier.
Il assure qu’il est important pour FOTR de promouvoir le talent du Nord et d’offrir des possibilités aux artistes. Les collaborations sont développées dans le but de mettre en valeur les formes musicales autochtones du Nord tout en les combinant avec des styles musicaux d’ailleurs. « C’est une façon de démontrer le caractère unique du Nord, mais aussi d’illustrer comment la musique touche tous les êtres humains d’une manière qui les réunit », déclare le directeur artistique.??
« Cette année, nous savions dès le début que nous voulions que Nelson Tagoona participe au festival, car celui-ci allie d’anciennes traditions inuites avec des expressions musicales modernes ». ??En ce qui a trait aux réactions des artistes quant à ces échanges musicaux, il soutient : « Les artistes aiment la collaboration ».
Il laisse également entendre que les artistes du Sud aiment apprendre des traditions nordiques et que ceux du Nord aiment en apprendre davantage sur les traditions musicales du monde entier. « La collaboration rend vraiment Folk on the Rocks unique et spécial parmi les festivals », conclut Keith MacNeill.