Girls fly too : Des centaines de filles s’envoient en l’air

21 mars 2013
0 Commentaire(s)
L’événement Girls fly too a permis a des centaines de filles de survoler la ville de Yellowknife gratuitement à bord d’hélicoptères, le 9 mars dernier. (Photo : Noémie Bérubé)

L’événement Girls fly too a permis a des centaines de filles de survoler la ville de Yellowknife gratuitement à bord d’hélicoptères, le 9 mars dernier. (Photo : Noémie Bérubé)

Le 9 mars dernier, l’événement Girls fly too était de retour pour une deuxième année dans le ciel de Yellowknife. Plus de 600 « filles » ont eu la chance de survoler la ville lors de tours gratuits et exclusifs d’hélicoptères.

Plus de 2300 filles se sont déplacées pour prendre part aux activités dans le hangar de Trinity Helicopters où avait lieu la journée dédiée aux dames et aux métiers de l’aviation. Toutefois, elles n’ont pas toutes pu faire un tour d’hélicoptère. « Il y avait sans aucun doute plus de participantes que l’an dernier », a souligné l’organisatrice, ajoutant que 200 femmes de plus que l’an dernier ont eu la chance de voler. Au total, l’organisation avait la capacité de rendre les tours d’hélicoptères possibles à plus de 700 personnes, et ce sont plus 600 personnes qui en ont bénéficié.
De fait, les hélicoptères ont volé de 9 h à 17 h 30 et bien qu’il y avait quatre hélicoptères, un d’entre eux a dû s’abstenir de suivre les autres pendant quelques heures, puisqu’il était occupé ailleurs.

Journée totalement gratuite
Les nombreux partenaires financiers de la ville sont principalement ceux qui ont payé les dépenses d’essence tout au long de la journée de vols, de sorte que personne n’a eu à débourser d’argent pour participer. Aussi, la nourriture offerte sur place était gratuite. « C’était très important pour moi que personne n’ait à payer pour participer », a confié Madame Brazier.

Idée en tête
Le but principal de ce défi et concours mondial était de rejoindre et d’encourager le plus de femmes dans le monde de l’aviation et d’« entrainer » un grand nombre d’entre elles dans les airs.
Il était important pour Kirsten Brazier de proposer à nouveau cette activité pour que les gens prennent conscience qu’il n’y a pas beaucoup de femmes qui pratiquent les métiers de pilote, mécanicienne ou tout autre métier lié à l’aviation. « Souvent, les gens de Yellowknife ont l’impression que ce n’est pas vrai, car dans la ville, à l’aéroport, il y a quelques femmes qui travaillent dans le milieu, mais c’est loin d’être la réalité ailleurs ». Girls fly too visait aussi à changer les stéréotypes et préjugés à l’égard du rôle des femmes dans ce domaine.
Le 9 mars, les filles avaient la chance de poser des questions à des pilotes et professionnelles du domaine de l’aviation. Elles ont pu constater les avantages d’exercer ces métiers peu traditionnels.

Objectifs atteints?
Comment constater que les objectifs furent atteints? La fondatrice et coordonnatrice a répondu que dans quelques années, plus de femmes seront impliquées dans les métiers de l’aviation de différentes façons. À court terme, il est génial de voir et d’entendre tous les commentaires des filles et jeunes femmes qui ont pu voler, qui ont aimé leur expérience et qui en redemandent, a-t-elle souligné.

Différentes raisons de voler
La question demandée par l’organisation lors de l’inscription à l’activité aérienne était : « Pour quelles raisons souhaitez-vous voler? » Plusieurs ont répondu que c’était leur première fois en hélicoptère, d’autres que c’était pour la sensation et certaines ont déclaré que c’était pour permettre à la capitale des diamants de battre à nouveau le record du plus grand nombre de participantes. Et oui, en 2012, Yellowknife a permis à plus de 400 filles de voler et a été le plus grand événement pendant la semaine mondiale de l’aviation pour les femmes. Par cet honneur, l’aéroport de la ville a remporté le trophée de l'aéroport le plus ouvert aux femmes pilotes dans le monde.
Vu le succès obtenu l’an passé, une douzaine de villes nord-américaines ont voulu battre notre record, a dit Kirsten Brazier, la fondatrice et organisatrice de The Sky’s No Limit-Girls fly too ainsi que pilote professionnelle. Certaines ont réussi à rejoindre plus de 500 personnes, a-t-elle dit.

Le 3 avril prochain, l’organisation saura à quelle place elle se situe dans ce record international.