Pas de fumée sans feu : Dernier rapport Alerte au tabagisme

08 juin 2001
0 Commentaire(s)
Les coûts du tabagisme sont évalués à 10 millions de dollars par année aux T.N.-O. Puisque la plupart des fumeurs sont assez jeunes, il est encore trop tôt pour déterminer les répercussions de ce comportement sur la santé, la société et l'économie. C'est ce que révèle le dernier rapport sommaire sur la consommation de tabac aux T.N.-O., Alerte au tabagisme. La ministre de la Santé et des Services sociaux, Jane Groene-wegen et le Dr André Corriveau, sous-ministre adjoint, responsable de la santé publique, en ont fait la présentation le 31 mai dernier.

« Les effets de la cigarette sont néfastes et pourtant, cette habitude est socialement acceptée et tolérée », a mentionné en conférence de presse la ministre. Les résultats de ce rapport, qui met en corrélation les facteurs, du genre, de la provenance géographique, de l'origine ethnique et du niveau d'éducation, dresse un portrait alarmant des habitudes de consommation de tabac aux T.N.-O.

Un peu moins de la moitié de la population ( 42 % ) aux T.N.-O. fume. Plus de 60 % des Autochtones adultes âgés entre 25 et 44 ans sont des fumeurs. Les taux de tabagisme chez les enfants et les adolescents sont parmi les plus élevés au Canada : environ 1 400 élèves entre 10 et 17 ans sont présentement des fumeurs.

« Nous avons encore un long chemin à faire avant de devenir une société sans fumée », a indiqué Jane Groenewegen. La ministre espère que ce rapport éveillera la conscience de la population. « Ça nous donne aussi une idée du chemin à prendre pour modifier les habitudes de tabagisme. » Selon le rapport, la réduction du tabagisme devrait avoir trois buts : protéger les non-fumeurs des effets de la fumée secondaire, empêcher les enfants de devenir des fumeurs et encourager les efforts de ceux qui veulent cesser de fumer. « Il s'agit du portrait le plus complet de l'usage du tabac que nous avons eu », a spécifié le Dr André Corriveau, qui a participé à l'élaboration de l'étude.

Jusqu'à maintenant, le gouvernement des T.N.-O. a tenté de décourager les fumeurs en interdisant la consommation de tabac dans les lieux publics et en prohibant la vente de produits de tabac aux moins de 18 ans. Les résultats de ce rapport encouragent le gouvernement à mettre de côté la législation et à se pencher sur l'aspect sociologique du tabagisme. « Nous devons engager un dialogue direct avec les communautés et les leaders autochtones, en allant chercher les points de vue de tous les secteurs de la société », a indiqué le Dr Corriveau.

Les T.N.-O., qui accusent, selon le spécialiste de la santé, le plus haut taux de tabagisme au pays, ont encore du chemin à faire afin de changer la situation. « Nous ne sommes pas encore rendu au Zyban, qui n'est toujours pas couvert par le régime d'assurance maladie, mais nous voulons l'introduire bientôt comme choix accessible au public. » Les résultats de l'étude peuvent être consultés sur le site Internet suivant : www.hlthss. gov.nt.ca.