Consultation : Défi 35 à Yellowknife

23 janvier 2014
0 Commentaire(s)
« Nous sommes à la porte de grandes améliorations, assure Léo-Paul Provencher. Les gestionnaires sont obligés, pour des raisons juridiques et administratives, de se doter de plans pour mettre en œuvre une décision de la cour et d’améliorer l'offre de services. » (Denis Lord)

« Nous sommes à la porte de grandes améliorations, assure Léo-Paul Provencher. Les gestionnaires sont obligés, pour des raisons juridiques et administratives, de se doter de plans pour mettre en œuvre une décision de la cour et d’améliorer l'offre de services. » (Denis Lord)

Une occasion en or pour que la francophonie territoriale exprime ses priorités.
 

Pour Léo-Paul Provencher, le directeur général de la Fédération franco-ténoise (FFT), la rencontre d'information et de consultation associant la communauté francophone et le gouvernement territorial qui aura lieu le 1er février est un événement très important, qui prête à conséquence. Il appelle à une participation massive.
Rappelons que l'événement prend place dans le cadre de la tournée Défi 35. Le Secrétariat aux affaires francophones des TNO profite de la tournée pour diffuser de l’information sur le plan stratégique gouvernemental en matière de communications et de services en français. C'est l'occasion de mieux connaître l’appareil gouvernemental et la diversité de services qu’on peut obtenir, mais aussi celle de sonder la communauté francophone sur ses attentes. L'amélioration de l'offre de services en français vise tous les ministères et organismes territoriaux. Mais pour établir des priorités, il faut connaître ce qui préoccupe les gens à court terme : justice ou éducation, santé, etc.
La consultation — qui est aussi une fête — de Yellowknife succède à celles de Fort Smith et d'Inuvik et précède celle de Hay River. Les besoins exprimés lors de ces consultations serviront au gouvernement à établir un plan des priorités (santé, transport, etc.) avec des échéances de mise en application. Ce plan sera ensuite transmis pour négociations à un comité paritaire de consultation et de coopération. Du côté gouvernemental, le comité est formé des sous-ministres Gabriella Eggenhoffer (Éducation, Culture et Emploi), Debbie DeLancey (Santé et Services sociaux) et Sheila Bassi-Kellett (Ressources humaines). En face d'eux, Léo-Paul Provencher, Richard Létourneau, président de la FFT, et l'ancienne commissaire fédérale aux langues officielles, Dyane Adam. Ce plan sera valide jusqu'en 2018, de dire Benoît Boutin, directeur général du Secrétariat aux affaires francophones et observateur au sein du comité paritaire.

Une étape cruciale
« On ne peut pas dire qu'il n'y a rien eu de fait [pour faire respecter les droits des francophones aux TNO], analyse Léo-Paul Provencher, mais il reste beaucoup, beaucoup de travail à faire et on sent l'urgence des citoyens de voir des résultats concrets. » Or, selon le directeur général, le gros de l'action se passera dans les plans ministériels qui seront soumis à l'examen du comité de consultation et de coopération à très court terme. « C'est à ce moment, précise-t-il, qu'on pourra apprécier à quel point les gestionnaires de services à la population ont compris leurs obligations. »
Pour le directeur général de la FFT, avec la tournée Défi 35, les citoyens ont une occasion unique d'exprimer ce qui touche à leur santé, leur sécurité, etc. En effet, le gouvernement se basera sur ces paroles pour agir. « Nous sommes à la porte de grandes améliorations, assure Léo-Paul Provencher. Les gestionnaires sont obligés, pour des raisons juridiques et administratives, de se doter de plans pour mettre en œuvre une décision de la cour et d’améliorer l'offre de services. »
Parallèlement, le directeur général de la FFT souligne l'importance d'assister à la présentation par le gouvernement de ses communications et services en français, affirmant que trop peu de gens connaissent bien leurs droits et l'appareil gouvernemental. « Il faut, dit-il, connaître les obligations du gouvernement pour demander des services de façon confortable. C'est une question de vitalité de la langue, et quand tu es servi par un gouvernement qui a respecté tes besoins, tu te sens un citoyen à part entière. »

Programme
La consultation a lieu le samedi 1er février, de 15 h à 17 h, au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles. Elle sera animée par Roxane Poulin de Tait Communications. Un service de garderie sera offert et des livres seront donnés. Après 17 h aura lieu un souper gratuit avec la présence d'un groupe de musique francophone dont l'identité reste à confirmer. La sous-ministre de l'Éducation, de la Culture et de la Formation et présidente du comité paritaire, Gabriella Eggenhoffer, sera absente, a affirmé Benoît Boutin, qui représentera le gouvernement. Elle n'était pas non plus disponible pour répondre à nos questions.
Dans les collectivités visitées, la FFT visait la participation d'au moins 35 francophones. On vise à tout le moins le double, sinon une « participation massive » à Yellowknife.