Investissement en santé : De l’argent pour aller de l’avant

13 décembre 2002
0 Commentaire(s)
Le ministère de la Santé et des Services sociaux annonce la création de 42 nouveaux postes dans le secteur des soins de santé.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé, le 3 décembre dernier, le versement de 8,3 millions de dollars dans les ressources humaines du système de santé ténois. C’est la première fois, depuis la sortie du plan d’action sur les soins de santé en février dernier, que le gouvernement débourse une telle somme pour mettre sur pied des solutions tangibles au problème de recrutement et de maintien en poste des employés.

Cet argent neuf n’a pas été prévu dans le budget annuel du gouvernement et vient s’ajouter au déficit déjà prévu. Ces fonds serviront principalement à créer 42 nouveaux postes de spécialistes, médecins et infirmiers. Une nouveauté : tel qu’annoncé dans le plan d’action de février, trois postes d’infirmier de première ligne et deux postes de sage-femme seront créés.

Toutes les communautés des Territoires du Nord-Ouest profiteront de ces nouveaux postes. Treize emplois de médecins et de spécialistes seront répartis dans les régions d’Inuvik, du Sahtu, du Slave Nord, du Deh Cho et de Yellowknife. Quatorze postes de débutant seront créés en infirmerie et combleront les besoins des communautés d’Inuvik, de Fort Smith, de Hay River, de Yellowknife ainsi que les régions du Deh Cho et du Slave Nord. Dix emplois d’infirmiers seront également ouverts à l’hôpital territorial de Stanton dans les services d’obstétrique, de chirurgie et des soins intensifs, alors que les trois postes d’infirmier de première ligne seront situés à Yellowknife et à Hay River. Finalement, les deux postes de sage-femme combleront les besoins des communautés de Fort Smith et de Hay River.

La création des postes de sage-femme est née de la volonté du gouvernement de développer un nouveau modèle de prestation des services de soins de santé, mieux adapté à la réalité du Nord. « Les bébés ne doivent pas nécessairement naître à Yellow-knife ou Inuvik », a mentionné le ministre de la Santé et des Services sociaux, Michael Miltenberger, pour expliquer cette nouveauté, qui faisait l’objet d’un projet pilote depuis quelque temps à Fort Smith. « Les sages-femmes peuvent jouer un rôle très important dans l’équipe, avec les infirmiers et les médecins. Elles pratiquent des soins étendus, qui vont de soins prénataux aux soins post-nataux. »

Le ministère espère que cette annonce permettra de diminuer le nombre d’heures de travail des employés en poste, ce qui pourrait rendre plus attrayant le milieu de travail pour les spécialistes du Sud, mais ce ne sont pas là que les seuls bénéfices promis. « Nous voulons nous assurer que nous n’allons pas épuiser nos employés, explique le ministre Miltenberger. Nous reconnaissons aussi que le marché est très compétitif pour les médecins et les infirmiers. Nous devons offrir des salaires compétitifs. »

Au retour d’une rencontre provinciale-territoriale des ministres de la Santé, le ministre Miltenberger a mentionné avoir confiance que les recommandations du rapport de la Commission sur l’avenir des soins de santé au Canada seront bénéfiques pour les projets des T.N.-O. « Plusieurs des secteurs identifiés par Roy Romanow sont des secteurs qui sont déjà prioritaires pour nous, a-t-il indiqué. La clé, c’est le versement de fonds par le fédéral pour nous permettre de faire de notre mieux dans ces domaines. » Le ministre a mentionné que toutes les provinces et territoires partagent les mêmes opinions face à l’intervention du fédéral dans le secteur de la santé. « Nous sommes d’accord sur l’intervention du fédéral, mais nous devons déterminer de quelle façon et quelles ressources seront distribuées. Les petites provinces et les territoires craignent que l’argent versé soit par per capita. Nous devons avoir un montant de base sur lequel sera ajouté des fonds per capita », a-t-il soutenu. Michael Miltenberger reconnaît que les grandes provinces ont beaucoup d’influence et que les petites provinces et territoires ne vivent pas la même situation. « Parvenir à un consensus est un souci constant. »

Les prochaines étapes du ministère de la Santé et des Services sociaux dans le secteur du recrutement et du maintien en poste sont de terminer la reclassification salariale des emplois. « Tout le monde est d’avis que certains emplois sont mal classifiés, alors il y a de fortes chances que des changements surviennent bientôt », a révélé le ministre. Le ministère s’apprête également à accueillir les 24 finissants du programme de soins infirmiers du collège Aurora, qui devraient entrer en fonction en début d’année prochaine. Les recommandations publiées dans la révision de l’hôpital territorial de Stanton seront aussi passées en revue dès janvier. Le ministère envisage la possibilité de nommer le nouveau conseil d’administration de l’hôpital Stanton au cours des prochains mois, mais Michael Miltenberger veut avant toute chose réviser son rôle et ses fonctions. « Chaque chose en son temps », a-t-il indiqué.