Retombées de Destination Canada : Dans la peau d’un nouvel arrivant

17 janvier 2013
0 Commentaire(s)
 Louis Gaëtan est un nouveau résident de Yellowknife depuis le 29 novembre dernier. S’il vit désormais aux Territoires, c’est en partie grâce à l’équipe du CDÉTNO qu’il a rencontré aux foires de recrutement Destination Canada, il y a plus d’un an. (Photo : Noémie Bérubé)

Louis Gaëtan est un nouveau résident de Yellowknife depuis le 29 novembre dernier. S’il vit désormais aux Territoires, c’est en partie grâce à l’équipe du CDÉTNO qu’il a rencontré aux foires de recrutement Destination Canada, il y a plus d’un an. (Photo : Noémie Bérubé)

Louis Gaëtan est un nouveau citoyen de Yellowknife depuis plus d’un mois. Ce dernier est venu aux Territoires à la suite d’une rencontre à Destination Canada avec l’équipe du Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest.

 

Débarqué le 29 novembre dernier, Louis Gaëtan est un des nombreux participants aux foires de recrutement Destination Canada tenues en Europe. À l’automne 2011, le jeune homme de 24 ans a participé à Destination Canada, où il a rencontré plusieurs personnes, mais se disait plus intéressé par la promotion des TNO faite par le CDÉTNO et Immigration TNO. Charmé, un long processus s’est enclenché pour lui afin qu’il déniche un emploi.

S’il a décidé de venir vivre à Yellowknife, c’est qu’il était à la recherche d’un emploi lorsqu’il se trouvait en France. Il a vu une occasion dans les messages que les représentants des TNO lui ont transmis et c’est ce qui l’a convaincu. De plus, ils lui ont mentionné que des emplois étaient disponibles, malgré que [les TNO] ne soient pas un endroit préconisé par les gens, en raison du climat et de sa position géographique. Louis Gaëtan a alors tenté sa chance, car il a confié aimer les défis.

L’aide reçue
Le CDÉTNO, et plus particulièrement Gabrielle Moncion, agente en employabilité et en recrutement pour l’organisme, l’a orienté vers les entreprises potentielles et les pistes pour dénicher un emploi qui lui conviendrait, et ce, lorsqu’il habitait la France. Il a d’ailleurs souligné qu’au courant de l’année 2012, il a quitté le pays pour tenter une expérience de travail aux États-Unis et que Madame Moncion tenait régulièrement un suivi et lui faisait parvenir les annonces de postes à pourvoir. Depuis son arrivée à Yellowknife, ils ont eu deux rencontres pour savoir où il en est dans ses démarches de recherche d’emploi. « Le CDÉTNO a fait son boulot », a déclaré l’homme originaire du Madagascar qui possède également la citoyenneté française.
Lors de son déménagement à Yellowknife, il a aussi bénéficié de l’aide d’Immigration TNO pour obtenir un visa de travail temporaire qu’il ne possédait pas. Il a confié que depuis décembre dernier, il a une possibilité en vue, mais qu’il attend toujours des nouvelles de l’ambassade. Bien qu’il ne s’attendait pas particulièrement à trouver quelque chose dans son domaine d’études, il a précisé avoir de l’expérience dans diverses sphères, telles la foresterie, et possède un diplôme de pompier, ce qui lui a permis d’élargir son champ de recherche. Initialement, Louis Gaëtan a complété un master en ingénierie de biologie pour l’environnement, l’équivalent d’une maîtrise.

Aide proposée par le CDÉTNO
Le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest est bien préparé à l’arrivée d’un candidat de Destination Canada. Il lui offre du soutien dans sa recherche d’emploi en lui donnant des conseils sur le CV et la lettre de présentation ou encore sur les entrevues. L’organisme transmet aussi de l’information sur la culture et les normes du travail au Canada.
Le CDÉTNO a mentionné qu’une des difficultés que les participants rencontrent au moment où ils s’établissent aux TNO est la barrière de la langue, car bien que les gens soient très qualifiés en Europe, leur niveau d’anglais n’est pas toujours parfait.

Le temps nécessaire pour décider de s’établir aux Territoires diffère d’une personne à l’autre. Certaines personnes doivent murir le projet de déménagement pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, après leur rencontre lors de Destination Canada, tel fut le cas pour Louis Gaëtan, a confié l’organisme.