Coupures éducatives


Que ce soit les compressions budgétaires des programmes d’études postsecondaires, la planification stratégique concernant les langues officielles, les constructions des gymnases pour les écoles francophones, et le financement des programmes de prématernelle, le ministre Moses doit répondre en chambre à différents sentiments des résidents du Nord : grogne, incompréhension, anxiété, espoir?


Il y a quelques années, c’était la Santé que l’on saignait, puis la fonction publique. L’éducation est essentielle au développement de la société et c’est pour cela que le ministère représente 1/5 des dépenses gouvernementales. Dans un territoire qui a du mal à retenir sa population active, et qui a un taux d’accroissement démographique de 0.8%, fournir des outils et des structures pour éduquer ses résidents est indispensable. Le gouvernement se doit de vivre avec la réalité, mais ne devrait pas hypothéquer l’avenir de ses résidents.


Ainsi, Justin Trudeau ne pouvait pas tomber mieux pour ceux qui pensent que le fédéral doit investir plus encore dans le développement du Nord canadien. Diversion, obligations, ou nature des choses, le Premier ministre qui se déplace pour la première fois aux TNO débarque alors que la politique territoriale vit des moments charnières avec le dépôt et le vote sur l’adoption du budget. Trudeau va rencontrer des Ténois qui vont lui demander des comptes… et des selfies.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.