Stratégie pan-territoriale des ressources humaines en santé : Concertation du Nord

11 février 2016
0 Commentaire(s)
Sandra St-Laurent, Whitehorse, Oumalker Idil Kalif, Yellowknife  et Carine Chalut, Iqaluit. (Photo : Maxence Jaillet)

Sandra St-Laurent, Whitehorse, Oumalker Idil Kalif, Yellowknife et Carine Chalut, Iqaluit. (Photo : Maxence Jaillet)

Les 8 et 9 février dernier, mesdames Carine Chalut d’Iqaluit, Sandra St-Laurent de Whitehorse et Oumalker Idil Kalif de Yellowknife se sont réunies dans la capitale ténoise lors d’un effort de concertation sur les efforts de recrutement de professionnels de la santé bilingues.
 

Toutes trois directrices du réseau santé en français de leur territoire respectif, elles ont échangé des stratégies pour assurer une présence des professionnels bilingues en santé dans les milieux minoritaires.
Il s’agissait de la première fois que les trois directrices se rassemblaient pour discuter de ressources humaines. « Les ressources humaines sont un grand défi pour nous, on parle de service de santé en français, ça prend des gens pour les offrir ces services-là. Il faut aller les chercher quelque part! », mentionne Sandra St-Laurent.
Comme il y a des communautés francophones dans les trois territoires et qu’elles ont des soins de santé, les besoins de ressources médicales ou autres sont une nécessité.
« Il est réconfortant d’obtenir des soins de santé dans sa langue et c’est pour la sécurité du patient qu’il y a de la promotion des services de santé en français. Il faut le faire, il faut les dépister, les identifier ou savoir si l’on doit aller les chercher ailleurs et par la suite créer un milieu de travail qui est bénéfique et proposant une pratique professionnelle dans les deux langues. », ajoute Mme St-Laurent.
« C’est principalement une priorité. (…) Notre mandat est d’assurer un meilleur accès et une meilleure qualité des soins de santé en français. », dit Oumalker Idil Kalif.

Défis rencontrés
Un défi commun aux trois réseaux nordiques est qu’il n’y a pas d’institution de formation universitaire qui proposent des étudiants diplômés et compétents annuellement en santé.
Ils doivent alors se mettre en mode séduction et faire valoir les raisons pour lesquelles ces endroits sont de bons lieux pour travailler et surtout un lieu de vie intéressant.
Les nouveaux diplômés recherchent des milieux de travail stimulants, chose qui est accessible dans le Nord en raison du plus grand nombre de responsabilités alloué. Et pour maintenir le tout, du perfectionnement professionnel, obtenu par le Consortium national de formation en santé proposant des vidéo-conférences, est offert aux ressources humaines. Ainsi, elles peuvent se tenir à jour, malgré la distance.
Malgré tous les défis auxquels sont confrontés les réseaux, une des valeurs et des solutions prônées par les directrices est la mobilité interterritoriale de sorte qu’il n’y ait pas de compétition.
Pour en connaître d’avantage sur les échanges de Mesdames St-Laurent, Chalut et Kalif, syntonisez CIVR Radio Taiga samedi le 13 février dès 11 heures pour entendre en intégralité l’entrevue ou ne ratez pas la rediffusion samedi le 20 à 11heures.