Chronique TNO Santé : Comprendre le bégaiement

01 mai 2014
1 Commentaire(s)

Le bégaiement touche un adulte sur 100 et cinq fois plus d’enfants. S’il est un trouble fréquent, il n’en demeure pas moins complexe et mystérieux, tant du point de vue de son origine que de ses manifestations. En revanche, une chose est sûre : il peut être à l’origine d’une profonde souffrance pour ceux qui le subissent.

Qu’est-ce que le bégaiement?
Le bégaiement se caractérise par une fréquence ou une durée anormalement élevée d’arrêts dans la fluidité de la parole; des répétitions, des blocages ou des prolongements de sons; de la tension musculaire, des ajouts de sons, de mots ou de mouvements. Les personnes qui bégaient sont conscientes de leurs difficultés et en ont souvent honte. Elles font habituellement un effort à la fois physique et mental pour parler.

Quelle est la cause du bégaiement?
Souvent, le bégaiement est héréditaire (50 % des cas). On ne connaît pas encore la cause exacte du bégaiement, mais il serait relié à une difficulté de synchronisation des différents mécanismes impliqués dans la production de la parole, soit la respiration, la phonation et l’articulation. Ainsi, la cause du bégaiement ne serait pas la gêne, la nervosité ou un problème affectif. Notons toutefois que ces facteurs peuvent contribuer à augmenter le bégaiement. Il émerge entre deux et cinq ans, chez quatre fois plus de garçons que de filles et ne dépend aucunement d’une langue trop longue ou trop courte ou d’un manque d’intelligence.

Est-ce qu’un événement marquant dans la vie de l’enfant peut causer le bégaiement?
L’apparition du bégaiement a souvent tendance à être associée à un événement marquant (p. ex : entrée à l’école, divorce des parents, retrait de la suce, déménagement, nouveau bébé…), mais ces événements n’en sont pas la cause. Souvent, le bégaiement est présent bien avant, mais le premier stade d’apparition passe inaperçu pour plusieurs.
Mais, chose étrange, le bégaiement n’est pas constant : la personne qui bégaie est capable d’avoir une élocution absolument normale… notamment quand elle est seule ou parfois quand elle chante. De la même manière, la plupart des bègues seront plus ou moins fluents selon les personnes à qui ils s’adressent. Un enfant, par exemple, pourra beaucoup bégayer à l’école, à plus forte raison s’il est interrogé devant toute sa classe, alors qu’il s’exprimera sans difficulté à la maison. Un adulte aura bien du mal à dialoguer avec son supérieur hiérarchique alors qu’il discutera aisément avec sa femme.

Un stigmate social dès l’enfance
Les réactions négatives, plus ou moins discrètes, sont malheureusement le lot de toutes les personnes bègues. Même si, selon leur âge, elles se manifestent différemment. Pour l’enfant, c’est l’école qui, souvent, pose problème. Dans les cours de récréation, les camarades ne sont pas tendres. Et les adultes, parfois malgré eux, peuvent se montrer très maladroits. Les adultes, eux, ne se moquent pas directement d’elles, mais ils ne les écoutent pas. Car elles sont trop lentes à parler et les gens n’ont pas le temps. C’est une manière non voilée de leur dire qu’elles ne comptent pas.

Quelle est la conduite à tenir devant un enfant ou un adulte qui bégaie?
Dans la très grande majorité des cas, le bégaiement disparaît spontanément en quelques mois. Il faut éviter les sarcasmes, les moqueries, les réactions d'inquiétude ou d'agacement qui ne servent à rien sinon à augmenter l'anxiété et le bégaiement. Lorsque le bégaiement persiste au-delà de cinq ans, il est utile de consulter un orthophoniste pour entreprendre une rééducation. Mais de façon générale :
− Restez calme et faites preuve de patience;
− Soyez attentif à ce que la personne bègue vous dit plutôt qu’à la façon qu’elle le dit;
− Évitez de lui dire de prendre son temps pour parler ou de parler mieux;
− Ne terminez pas les phrases à sa place;
− Évitez les successions de questions, laissez-lui le temps de répondre et prenez le temps de l’écouter;
− Ayez des moments privilégiés avec l’enfant pour parler afin qu’il vive des expériences positives de parole.


Liens
Association des jeunes bègues du Québec : www.ajbq.qc.ca
Comprendre le bégaiement : www.psychologies.com
Parole de bègue, un blogue sur le bégaiement : http://paroledebegue.free.fr/blog/index.php
 


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 02 mai 2014, 06 h 34
Suis-je Bègue ? De Christian Boisard www.begaiement-boisard.eu Voici ci-dessous quelques aléas, qui peuvent porter à penser qu’une personne souffre réellement d’un problème de bégaiement. 1 ) Ma respiration se bloque en permanence 2) Je débute mes phrases en fin d’expiration, c’est-à-dire en apnée 3) Mes épaules sont en permanence contractées, voir crispées 4) Mon ventre se bloque en permanence 3 ) J’appréhende toutes prises de parole 5 ) J’ai peur de déranger à chaque prise de parole 6 ) J’ai des tics, mes lèvres se pincent, je fais des grimaces, je fais des gestes incompréhensibles …….. 7 ) Je ressens toujours un empressement sur moi-même. 8 ) Je suis anxieux. 9 ) J’ai l’impression que je réfléchis très vite, et que cela perturbe mon élocution. 10 ) Je suis doté d’hyper sensibilité, je prends à cœur toutes les choses qui se déroulent autour de moi. 11 ) J’ai en permanence la gorge nouée, comme si elle cherchait à s’exprimer. 12 ) j’ai des crises d’angoisses. 13 ) Je ressens très vite le caractère des personnes qui se trouvent devant moi, même si je viens de les connaître, comme une impression divinatoire. 14 ) Je suis en permanence obligé de changer un mot par un autre, car le mot que je voulais dire en premier ne passe pas. 15 ) Avant le tout début de mes conversations, je mets une phrase tremplin, comme par exemple << en fait >> qui me permet de pouvoir lancer presque sans problème la phrase que j’ai à dire. 16 ) Je veux dire mes phrases très vite de peur de bloquer pendant mon énoncé. 17 ) Je cherche mes mots avant de parler 18 ) Lorsque je parle tout seul, je m’aperçois que je ne bégaie pas. Vous avez pu constater que vous n’avez aucun problème d’élocution seul(e) lors d’un monologue. Le bégaiement est lié avant tout, à un problème d’appréhension du regard de l’autre, la peur d’être mal compris, de gêner, de déranger…….. Ce qui entraîne incontournablement une plus grande sensibilité, une honte de soi. En général, le bègue a une respiration plus ou moins régulière voire oublie de respirer avant chaque phrase. Décrocher un téléphone, demander à quelqu’un une direction, une rue, répondre à une question, faire des courses, rechercher un emploi… sont souvent des moments très mal vécus, et peuvent devenir très vite un enfer. ->Quels sont les traitements existants ? • 1) : Les thérapies orthophoniques et phoniatriques ; • 2) : Les thérapies comportementales et cognitives (TCC) ; • 3) : Les approches psychologiques (cures de relaxation, scénothérapie, psychanalyse, psychothérapie…) ; • 4) : Les traitements médicamenteux ; • 5) : Les stages spécialisés pour bègues. • La méthode enseignée par Christian Boisard qui est un ancien bègue profond, est efficace pour toutes les formes de bégaiement allant du plus résistant au plus anodin, à la condition d’appliquer en permanence sa méthode jusqu’à ce quelle devienne un automatisme. Pour les plus résistants voir 2 mois. • A savoir qu’ils le peuvent et c’est nécessaire, de joindre en permanence Monsieur Boisard pour d’éventuels problèmes d’assimilation dans la vie de tout les jours qu’ils pourraient rencontrer, il reste à leurs écoute 7 jours sur 7. • Il est certain que pendant le stage ils ne bégaient plus. • Dans la vie de tout les jours, où ils ne sont plus contrôlés en permanence, ils ont besoin pendant un certain temps d’un suivi, des conseils de Monsieur Boisard afin de pérenniser la méthode assimilée durant le stage .