Daniel Joseph Marion : Commissaire des Territoires du Nord-Ouest

16 avril 1999
0 Commentaire(s)
Récemment nommé Commissaire des Territoires du Nord-Ouest par la ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien, Jane Stewart, Daniel Marion entreprend son mandat avec la ferme intention de saisir l'esprit du nouveau territoire de l'ouest.

Un nouveau Commissaire vient d'être nommé afin de représenter le gouvernement fédéral dans les Territoires du Nord-Ouest. Daniel Marion succède ainsi à Helen Maksagak qui occupe désormais le poste au Nunavut.

«Le poste de Commissaire est comparable à celui de lieutenant-gouverneur au Québec. Mais, désormais nous allons essayer de faire les choses différemment en allant au-delà des simples responsabilités symboliques. Mon rôle sera d'entrer en contact avec les gens dans les communautés et tâcher de voir quels sont leurs besoins», indique M. Marion, « Dans la mesure du possible, j'aimerais améliorer la santé et la qualité de vie des gens.»

Parmi les défis qu'aura à relever M. Marion, celui de retrouver l'unité entre les groupes autochtones qui composent les Territoires du Nord-Ouest se trouve en tête de liste.

«Nous devons rebâtir le Territoire. Il faut retrouver la balance entre les différents groupes qui l'habitent. Et pour ce faire, nous devrons nous fier à ce que nous sommes, c'est-à-dire, un vaste territoire où la diversité culturelle est une réalité», explique M. Marion.

Originaire du Manitoba, Daniel Marion a grandi dans le petit village de St-Malo où il a été élevé en français. Fier de ses racines francophones, il considère qu'une identité culturelle forte est essentielle à l'épanouissement d'une société et d'une nation.

Engagé par la compagnie de la Baie d'Hudson en 1965, il a été transféré dans les Territoires du Nord-Ouest dès 1967. Depuis, il a eu la chance de sillonner le vaste territoire. Après s'être installé à Fort Normand, il s'est finalement établi à Rae-Edzo. Il habite cette communauté depuis maintenant 28 ans.

En 1980, M. Marion décida de laisser la compagnie de la Baie d'Hudson pour se lancer en affaires. Il devint alors directeur général de la compagnie Rae-Edzo Development pour ensuite en devenir le président, en 1993.

Parallèlement, il a mis sur pied, en 1976, avec son acolyte Edward Rabesca, sa propre compagnie de véhicule lourd, la RIX Trucking Limited.

Ayant trempé dans le milieu des affaires des Territoires du Nord-Ouest tout au long de sa carrière, le Commissaire est en mesure d'évaluer l'impact de l'industrialisation dans les petites communautés.

«Les gens ont le talent et l'habilité nécessaires pour fabriquer du matériel mais, c'est lorsque vient le temps de faire la mise en marché qu'ils ont besoin d'une aide extérieure, explique-t-il.

Les compagnies engagent les gens des communautés et créent de l'emploi. Je dirais qu'il y a eu, depuis 10 ans, une nette amélioration de la qualité de vie dans l'ensemble des Territoires.»

Néanmoins, l'industrialisation accélérée a bousculé le rythme de vie des autochtones et a entraîné avec elle de nombreux problèmes sociaux comme l'alcoolisme, la toxicomanie et la violence. Toutefois, M. Marion garde espoir que les gens des communautés puissent composer avec ces problèmes s'ils reviennent à leurs valeurs culturelles et leurs traditions.

«Pour améliorer leur qualité de vie, les différentes nations autochtones devront allier leur culture aux réalités du monde moderne. On appelle ce phénomène «strong is two people», c'est-à-dire fort dans les deux mondes», ajoute-t-il.

Mis à part son côté businessman, M. Marion a aussi été très actif à l'intérieur des communautés. Son implication sociale a donc débuté lorsqu'il est devenu membre du conseil de ville de Fort Norman et président du centre communautaire de cette même ville. Par la suite, lorsqu'il s'installa à Rae-Edzo, il fut conseiller du hameau pendant cinq ans, membre de la commission scolaire trois ans et enfin, il fut élu à la mairie à trois reprises.

Comme si ce n'était pas suffisant, il a aussi été membre de l'Association des municipalités des Territoires du Nord-Ouest ainsi que de la Société de développement des T.N-O.

Cela dit, avec toutes les années d'expérience qu'il traîne derrière lui, M. Marion saura sans doute remplir son mandat avec brio.