Francophonie ténoise : Collaborer pour s’épanouir

Signataires de l'entente de collaboration : SylvieFrancoeur
Etienne Croteau, Jean-françois Pitre, Édith Vachon Raymond, Océane Coulaudoux. (L'Aquilon)

Signataires de l'entente de collaboration : SylvieFrancoeur Etienne Croteau, Jean-françois Pitre, Édith Vachon Raymond, Océane Coulaudoux. (L'Aquilon)

Huit organismes communautaires signent une entente de collaboration.


Lors du forum communautaire de la francophonie ténoise du 14 octobre dernier, huit organismes ont signé une entente de collaboration. Ces organismes communautaires représentent plusieurs sphères du dynamisme franco-ténois. Ainsi, la culture (Association franco-culturelle de Yellowknife), l’économie (Conseil de développement économique des TNO), l’éducation (Association des Parents Ayants Droit de Yellowknife ; Collège nordique francophone ; Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest), les communications (Éditions franco-ténoises ; Société Radio Taïga), et la représentation communautaire (Fédération franco-ténoise) sont autant de secteurs d’expertise couverts par les activités des signataires.


Selon Jean de Dieu Tuyishime, qui est le directeur général de la Fédération franco-ténoise (FFT), cette entente relate la volonté des organismes francophones à collaborer. « Cette collaboration est en ligne avec le Plan de développement global communautaire adopté pour 2016-2022.

Mais nous voulions aller vers un autre niveau. Une communauté où chacun qui est expert dans son domaine puisse apporter quelque chose aux autres », explique celui qui a facilité l’aboutissement de cette entente entre les huit organismes. Parti du besoin de partager des outils et des conseils entre les directions générales de ces organismes, le conseil d’administration de chaque participant a approuvé l’initiative pour finalement signer cette entente de cinq pages.

Exemples concrets
Pour illustrer les bénéfices de cette entente, Jean de Dieu Tuyishime énumère quelques exemples de collaborations effectuées ou souhaitées. « Nous voulons mettre ensemble notre connaissance, notre expertise, et faire collaborer nos ressources en communications pour mieux partager les informations.

Nous voulons cibler également des formations nécessaires à ces organismes, telles que des formations sur la gestion de personnel pour les directions générales, sur la gouvernance pour les administrateurs », détaille le directeur de la FFT. Il avance que ce partage des ressources découle d’une étude effectuée au sein de la communauté au sujet des services partagés.


Pour le futur, l’entente pourrait faciliter le partage d’une ressource comptable, d’espace de bureau, ou simplement d’expertise.

Pas tous inclus
Dans la liste des signataires, deux organismes faisant partie de l’horizon francophone aux TNO sont absents. L’Association franco-culturelle de Hay River et la Garderie Plein Soleil.

Selon M. Tuyishime ces organismes n’étaient pas prêts à signer, simplement parce que leur conseil d’administration n’avait pas eu le temps de discuter de ces enjeux.

L'entente
Dans le document disponible sur le site Web de la FFT est détaillé un mécanisme de concertation entre les signataires. Ils réviseront « chaque année leurs plans d’action pour relever le(s) chantier(s) qui sont en lien avec le plan de développement global afin de répondre aux besoins relevés par la communauté francophone et francophile des Territoires du Nord-Ouest ».


Au niveau des communications, les parties s’entendent à se rencontrer une fois pendant l’exercice financier. Les directions générales ont la responsabilité d’assurer une concertation active entre les organismes signataires et de faire le suivi sur l’état de collaboration et le partage d’information. Il est noté que cette concertation verra l’inclusion des groupes établis et émergents de la communauté.


Finalement, c’est la Fédération franco-ténoise qui fait la promotion et contacte toutes les parties pour les convier à ces rencontres en personne et de faire, les suivis nécessaires afin d’assurer un meilleur arrimage des efforts consentis par les signataires.

L'Aquilon est un des signataires de cette entente.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.