Parlez, on tourne ! : Cinéastes français à Iqaluit

17 avril 1998
0 Commentaire(s)
Depuis le 12 avril, une équipe de cinéastes français est en ville afin de tourner un film documentaire sur la langue inuit.

Destiné à illustrer la complexité de la langue inuit, le documentaire comportera également des scènes plus générales afin d'initier le public à la fois à la langue et à la culture inuit tout en tenant compte des préoccupations locales face à la mise en place du futur gouvernement du Nunavut.

Ce projet, mis sur pieds par l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) de Paris sera réalisé avec le soutien sur place du Collège de l'Arctique d'Iqaluit. Plus communément appelé les langues' O. (pour Orientales), l'Inalco est un institut d'enseignement et de recherche français qui dispense des cours dans plus de 80 langues utilisées aux quatre coins du monde. On y trouve un département spécifiquement consacré à l'étude et à l'enseignement de la langue et de la culture inuit.

L'équipe de tournage sera réduite au minimum requis afin de faire participer un maximum de gens sur place. Elle sera composée de Michèle Therrien, de Guy Sinelle, et de Didier Autin du département de Langue et Culture Inuit de l'INALCO. Michèle Therrien assurera la réalisation et la supervision du tournage, tandis que Guy Sinelle s'occupera de la prise des images, et Didier Autin la prise de son. De nombreux résidents d'Iqaluit et en particulier des étudiants du programme d'Études inuit du Collège de l'Arctique contribueront à la réalisation du film. Les aspects techniques, incluant le montage du film seront assurés par l'INALCO à Paris.

Dans l'une des principales séquences du tournage dont l'action sera centrée autour de la chasse au caribou, Peter Kusugak tiendra le rôle principal. Cette scène de chasse a été choisie comme support pour permettre d'expliquer les différents termes qui sont utilisés en inuktitut pour indiquer la localisation dans l'espace, tels que "là-bas", "ici", "en haut", etc... En inuktitut, en effet, ces termes sont très nombreux et très précis comparés à ceux utilisés en français. S'il est connu et très compréhensible que la langue inuit possède une quantité impressionnante de termes pour désigner par exemple la vaste gamme des différents types de neige que les Inuit sont capables de distinguer, l'on connait généralement moins bien la non moins vaste étendue des termes utilisés en inuktitut pour désigner la localisation dans l'espace. En permettant une meilleure compréhension de la langue inuit, c'est également une entrée privilégiée dans l'univers particulier de la culture inuit que ce documentaire devrait permettre. On y abordera en effet des thèmes comme la chasse ou le Nunavut, l'importance du phoque dans la culture inuit, ou encore la façon dont les Inuit perçoivent les autres langues, qu'il s'agisse du français, de l'anglais, ou de différents dialectes inuit. Ce sont autant de thématiques tout à fait contemporaines pour les Inuit qui fourniront au spectateur de nombreuses occasions de découvrir, de comprendre et d'apprendre autant sur la langue que la culture de nos voisins.

Espérons que ce film sera prochainement projeté dans le Nord, ce qui semble d'ailleurs être le souhait de l'équipe de l'INALCO puisque l'on prévoit de le rendre disponible en français bien sûr, mais aussi en anglais et en inuktitut!