Le poids des sacs d’école sur la santé de votre enfant : Chronique TNO Santé

15 septembre 2006
0 Commentaire(s)


De nombreuses enquêtes, menées par des associations ainsi que par des professionnels de santé, ont montré que le poids maximum tolérable d’un sac d’école est de 10 % du poids de votre enfant. Ce seuil est bien souvent dépassé : un élève de sixième porte en moyenne un sac de 10 kilos soit environ 26 % de son poids…

Le poids excessif des sacs d’école n’est pas sans incidence sur la santé de votre enfant à un âge où son corps est en développement : fatigue, mal de dos, déformation de la colonne vertébrale (scoliose,…).

Apprenez à limiter les risques

Le volume et le poids des sacs d’école n’ont cessé d’augmenter au cours des années : enrichissement des matières enseignées, multiplication des supports de cours, etc. pour atteindre aujourd’hui un seuil critique pour la santé des enfants. Les parents ont un rôle important à jouer dans cette chasse à la surcharge. Pour cela, quelques conseils pour aider votre enfant :

• L’achat du sac d’école doit nécessiter la plus grande attention. Veillez à ce qu’il soit léger et adapté à la morphologie et au dos de votre enfant. Pensez aux sacs d’école à roulettes qui déchargent le dos. Certains sacs d’école sont également munis de bandes réfléchissantes qui permettent à votre enfant d’être vu la nuit par les automobilistes ;

• Tout au long de l’année, veillez à ce que votre enfant n’emporte à l’école que l’indispensable. Pour cela, apprenez-lui à préparer son sac d’école la veille pour prendre le temps de trier ses affaires ;

• Méfiez-vous des objets à la mode, souvent plus lourds que les autres ;

• Veillez à ce que votre enfant ne porte son sac d’école que lorsque cela est nécessaire. Faites-le lui enlever dans le bus par exemple ou lorsqu’il attend le début des cours.

Le sac d’école a bon dos

Attention, cependant à ne faire du poids du sac le seul responsable des douleurs dorsales de votre enfant. Sa musculature dorsale tient également une place importante. Selon certaines études, le mobilier scolaire interviendrait également dans la survenue de lombalgie. Longtemps prônée, la position assise à angle droit ne constitue plus la panacée. On revient actuellement à un mobilier permettant à l'enfant de changer plus rapidement d'une situation d'écoute à une situation de travail. De plus, l'augmentation de la taille moyenne des générations actuelles souligne encore plus l'inadaptation du mobilier scolaire. A la maison également, les mauvaises habitudes doivent être combattues dès le plus jeune âge. Ne laissez pas votre enfant avachi devant la télévision et incitez-le à pratiquer une activité physique, qui contribuera à muscler son dos et lui évitera des douleurs futures.

Alerter l’établissement scolaire

Un certain nombre de moyens ont également été définis au sein de l’établissement scolaire pour épargner le dos de nos enfants : les emplois du temps devraient été remaniés afin de ne pas excéder six heures de cours par jour pour les élèves des classes de sixième et de cinquième, de nombreux établissements mettent des casiers à disposition des enfants afin de leur permettre de stocker une partie de leur matériel, et les professeurs doivent veiller à utiliser les ouvrages volumineux en classe…

N’hésitez pas à alerter les professeurs ou le chef d’établissement lorsque le poids des fournitures scolaires demandées vous semble excessif.

Enfin, n’oubliez pas que le cartable n’est pas le seul responsable de ses problèmes de dos. À la maison, pensez à l’ergonomie de sa table de travail et choisissez une chaise réglable qui lui permettra d’avoir les coudes au niveau de son bureau ou juste en dessous. Pour éviter qu’au moment de ses devoirs, il n’en ait plein le dos…

Source : http://www.canadian-health-network.ca/