Chronique Santé TNO : Ces histoires les plus étranges!

09 janvier 2014
0 Commentaire(s)


Durant la période des fêtes, réunis entre amis ou en famille, plusieurs sujets de conversation surgissent. Certains causant de la gaieté, d’autres de la frustration, d’autres un intérêt parmi les auditeurs, voire un enrichissement de la connaissance générale. La médecine nous réserve de ces histoires VRAIES les plus incroyables qui ne nous laissent jamais indifférents. Je vous en donne quelques-unes.

Enceinte pendant 46 ans!
En 2002, une Marocaine âgée de 75 ans, décide de se rendre à l’hôpital à la suite de douleurs pelviennes. Après une opération chirurgicale de la paroi abdominale, le personnel médical découvre dans son organisme un fœtus fossilisé vieux de... 46 ans! Mort pendant la grossesse, le fœtus se serait calcifié dans l’abdomen de la mère, le corps de cette dernière s’adaptant bien et n’ayant présenté aucun symptôme pendant des années. Le lithopédion, (du grec litho qui signifie pierre et pais qui signifie enfant), est une complication de grossesse extra-utérine, qui survient chez des femmes qui ne sont pas conscientes qu’elles sont enceintes, et ne bénéficiant pas d’un suivi médical régulier.

Une mère accouche huit de bébés!
En janvier 2009, Nadia Suleman, une Américaine déjà mère de 6 enfants, accouchait en Californie de... 8 bébés! Les échographies n’en avaient pourtant révélé que 7, mais au moment de l’accouchement, par césarienne, un petit huitième a montré le bout de son nez. Il aura fallu l’intervention de 46 médecins et infirmiers auprès de la mère, pour délivrer en moins de cinq minutes les huit enfants nés avec neuf semaines et demie d’avance. Des bébés « crevettes » qui pesaient entre 820 grammes et 1,54 kg. Cette grossesse hors du commun serait due au traitement de fertilité auquel aurait eu recours la jeune maman. Aux États-Unis, c’est la première fois que des octuplés survivent tous à la naissance.
Vraiment? Traitement pour la fertilité quand tu as six enfants? Il y a lieu de s’interroger sur la question d’éthique, en particulier sur les traitements pour la fertilité.

Il se réveille après 19 ans de coma
En 1988, Jan Grzebski, un cheminot polonais, tombe dans le coma après avoir été heurté par un train. Durant 19 ans, il se retrouve plongé dans un coma profond, et les médecins seront de plus en plus sceptiques quant à ses chances d’en sortir. Mais en 2007, Grzebski se réveille, et découvre le nouveau visage des membres de sa famille, de ses amis, de son pays…Le plus étonnant dans l’histoire est que l’homme peut aujourd’hui témoigner de son passage dans le coma : « J’ai tout vu, j’ai tout entendu, même les médecins qui me donnaient un mois ou deux à vivre, mais je ne pouvais pas réagir », a-t-il déclaré sur une chaîne de télévision polonaise.

Des jumeaux de pères différents
Des jumeaux qui n’ont pas le même père, impossible me direz-vous ? Eh bien si, c'est possible! La nature réserve parfois bien des surprises, et une jeune maman américaine en a fait les frais. L’histoire se passe en mai 2009, lorsque des parents, trouvant que leurs jumeaux ne se ressemblent pas du tout, décident de recourir à un test ADN. Quelle ne fut leur surprise lorsque les résultats dévoilèrent que les deux enfants n’avaient pas le même père! La jeune maman a alors avoué avoir eu une relation sexuelle avec son amant quelques heures après avoir eu un rapport fécondant avec son mari. Résultat : deux ovules fécondés par deux spermatozoïdes d’origines différentes.


Mieux qu’un scanner…un chien!
Il existe de nombreuses anecdotes sur le sujet : des chiens qui auraient alerté leur maître en reniflant, en aboyant ou en mordant une lésion, un grain de beauté, un bouton... qui se sont ensuite révélés des tumeurs cancéreuses.
Une récente étude* a démontré l’efficacité du système olfactif canin, en procédant à des tests : face à des personnes saines et à d'autres atteintes du cancer, les chiens dressés devaient se coucher devant les personnes malades, après avoir respiré leur haleine ou un échantillon de leur urine. L’étude a été menée pour le cancer du sein, des poumons, de la peau, et de la vessie.
Les résultats sont impressionnants : pour le cancer du poumon, les chiens auraient correctement diagnostiqué 88 % des cas, et pour le cancer du sein 97 % des cas.
Conclusion, il y a probablement des composés organiques volatiles spécifiques au cancer qui pourraient être détectés par l'extrême sensibilité du système olfactif canin.
* Parue en 2006 dans Integrative Cancer Therapies.

Source
Aufeminin.com : 10 histoires insolites de la médecine