Plus qu'hier, moins que demain! : CFRT, CÉFRETTE, 107,3, la radio communautaire à Iqaluit

23 janvier 1998
0 Commentaire(s)
C'est pas si simple de construire un message publicitaire pour la radio. Éric Galien en sait quelque chose puisqu'il vient de passer pratiquement une semaine complète à la réalisation d'une série de messages publicitaires et de capsules d'information pour le compte du Commissariat aux langues officielles du Canada. Voilà une tâche parmi tant d'autres qui échoit au nouveau directeur de CFRT, la radio communautaire francophone d'Iqaluit.

Le ton de l'annonceur doit être crédible et convaincant, la musique de fond ne doit pas enterrer la voix et autant que possible ponctuer les moments forts du message à passer, mais surtout, la prononciation doit être impeccable puisque tout ce matériel devra être approuvé par le Commissariat aux langues officielles du Canada à Ottawa. Il s'agit en effet d'une campagne promotionnelle nationale organisée avec le concours de l'Alliance des radios communautaires du Canada (ARC).

CFRT participe à quelques petites campagnes publicitaires du genre à chaque année. De temps à autre il arrive qu'un commerçant local utilise la station pour faire connaître ses services. Ces maigres revenus sont arrondis par une subvention annuelle du gouvernement territorial de $6000 dans le cadre de son programme de soutien aux radios communautaires.

Plusieurs compagnies d'enregistrement font gracieusement parvenir leurs nouveaux produits musicaux à la station, ce qui fait que les étagères du studio de CFRT ploient sous le poids de quelques centaines de disques compacts, sans que ça ne pèse trop lourd dans le budget annuel.

La programmation 1998 met en ondes une vingtaine d'heures d'émission par semaine. D'abord le "morning man" de céfrette(CFRT), Daniel Cuerrier, a repris le collier depuis septembre dernier avec son émission "Les p'tits matins d'Iqaluit", qui tient l'antenne de 7:30 à 9:00 du lundi au vendredi. Éric Galien prend la relève le mercredi matin: "Tu sens tout de suite que c'est différent de faire de la radio le matin!" de commenter Éric, "tout le monde est à l'écoute. Le matin dans les maisons, en déjeunant ou en préparant les enfants pour l'école, c'est la radio qui joue et non la télévision. C'est très plaisant de se savoir écouté, on reçoit beaucoup de commentaires positifs."

Une nouveauté à l'horaire cette année, CFRT a pris l'initiative de revenir en onde de 11:30 à midi à chaque jour de semaine, histoire de saluer ses auditeurs et auditrices au cours de la journée. "On dit bonjour au monde, on fait tourner quelques pièces musicales et on prend soin aussi de rappeler que c'est CFRT qui met en onde Cité Rock Détente de Montréal. C'est juste un petit rappel au cours de la journée pour leur dire qu'on est là!" explique Éric Galien.

À chaque soir de la semaine, des volontaires s'offrent pour prendre les ondes. Le lundi soir, "Bugsy" est fidèle au poste avec sa passion pour la musique jamaïquaine et caraïbe, la plupart des mardis...on retrouve une sélection de "country-western" présenté par Roger Dubé et son "Ranch à Roger", mercredi? Éric Galien présente un auteur-compositeur de son choix dans son émission "Zoom", le jeudi, Réjean Ouellet et Martine St-Louis animent l'émission "L'Envol" suivi d'une nouveauté, "À la rive de l'Acadien" animé par un nouveau venu à Iqaluit et à CFRT, Pierre Landry qui y présente son choix de musique acadienne, et enfin le vendredi, quand l'alignement des astres du ciel le permet, Claude Martel présente son répertoire de musique "Danse".

Depuis l'ouverture de la station, CFRT a toujours offert son studio de production aux autres groupes linguistiques qui composent la population d'Iqaluit. Après une intermission de quelques mois, l'émission de ligne ouverte et de musique Inuktitut "Tusauti" a repris du service en 1998 avec Napashi Itorcheaq au micro.

Enfin un groupe d'étudiantes de l'école secondaire Inuksuk regroupées autour de Nevee Hanson et de Mary-Elyse Cody présentent toujours leur émission "Jamane" le samedi soir.

"Je rappelle toujours à la communauté francophone que c'est important la radio, que si ils veulent une radio communautaire, ils doivent s'en occuper. Ça prend des volontaires sur qui on peut compter de façon régulière. Mais jusqu'ici, on est très fier! Ça marche!" de conclure le directeur de la station.