Programme autochtone : C’est au tour des enseignants!

26 août 2010
0 Commentaire(s)

Dans quelques jours à peine, les enseignants de l’école Boréale et de l’école Allain St-Cyr accueilleront les élèves francophones pour la rentrée scolaire 2010-2011. Cette année, pour leur rentrée à eux, les professeurs ont vécu deux journées à saveur autochtone, à Hay River, avant de se lancer dans leur préparation habituelle.

 

Lundi et mardi derniers, les équipes d’enseignants des deux écoles de la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSF TNO) se sont rencontrées, entre les murs de l’école Boréale, afin de découvrir, ensemble, le monde Déné.

Sous la préparation minutieuse du responsable du curriculum Dene Kede de l’école Boréale, M. Stéphane Millette, les enseignants ont pu choisir, le premier jour, de participer à différents ateliers autochtones en lien, notamment, à la médecine traditionnelle, aux contes et aux légendes dénées ainsi qu’à la musique et aux arts traditionnels autochtones. « C’est pour que les enseignants vivent un peu ce que les élèves vivent dans les camps », rapporte M. Millette. La deuxième journée a été, quant à elle, consacrée à l’exploration des ressources pédagogiques et des documents relatifs au Dene Kede : « les documents qui sont disponibles pour les enseignants pour intégrer la culture dénée dans leurs enseignements », explique le responsable de la programmation. Il a partagé, entre autres, avoir consulté le responsable de la programmation autochtone de l’école Allain St-Cyr, M. Martin Deschênes, afin de l’aider à présenter ces ateliers aux professeurs.

« On est mandaté par le gouvernement d’intégrer le programme Dene Kede dans notre curriculum scolaire », explique le directeur de la CSF TNO, M. Philippe Brûlot. Ce dernier précise qu’il est aussi de la volonté de la commission scolaire que de faire connaître cette culture à ses enseignants : « On partage la terre d’un peuple qui est là depuis des milliers d’années, alors on veut le comprendre! ».

Stéphane Millette précise d’ailleurs que selon ses dernières informations, aucun enseignant de la CSF TNO n’est originaire des territoires. « Les enseignants vivent un écart avec les élèves », partage le responsable, faisant allusion à la connaissance de la culture autochtone.

« Ça m’a permis d’apprendre que la relation avec les Premières Nations semble plus proche à Hay River qu’à Yellowknife », a partagé Michel Bilodeau, enseignant de 5e et 6e année, au sujet de ces deux journées. L’enseignant de l’école Allain St-Cyr, qui habite les Territoires du Nord-Ouest depuis environ cinq ans, a ajouté qu’il avait trouvé très intéressant de participer à ces ateliers sous ce nouvel aspect.

Pour sa part, Julie Giachino, enseignante de soutien et enseignante de santé à l’école Allain St-Cyr, croit qu’il a été particulièrement intéressant de découvrir les rites de passage pour les garçons et les filles dénés lors de la puberté : « Ça va me permettre de montrer une nouvelle perspective aux jeunes! ». Même si elle habite les TNO depuis bientôt sept ans, Mme Giachino a partagé avoir découvert plusieurs choses lors de ces journées autochtones.