Belle inspiration

 

Elle en avait rêvé, les ainés le lui avaient dit en venant visiter ses rêves, l’Arctique va guérir.


Be’sha Blondin a accueilli le million de dollars offert par les Prix Inspiration Arctique au nom de ce projet de guérison autochtone. La guérison en milieu urbain aura une longue liste de patients à traiter et la communauté en bénéficiera assurément.


Ce projet sera important dans la vie des patients ou sur le moment. Mais ce projet est également essentiel pour les prochaines générations. À la vitesse où la culture autochtone s’est effilochée au cours du dernier siècle, quelles connaissances, quelles pratiques médicinales se verront perdurer encore plusieurs décennies? Lorsqu‘un ainé s’éteint, c’est un livre que se ferme.


Ce projet de guérison a le potentiel de rassembler les hommes et les femmes qui savent guérir. Voici enfin un lieu pour qu’ils puissent partager leurs expériences, leurs vécus et leurs savoirs. Un espace où la population à qui ces méthodes de guérison peuvent bénéficier recoive cette transmission et cette réminiscence traditionnelle. Après plus de 150 ans à étouffer les croyances autochtones, l’Arctique et sa population, vont bénéficier de remettre une première pierre chauffée au centre de cette tente de sudation qu’est la médecine autochtone.


Les hommes et les femmes en ont besoin. Les Territoires en ont besoin. Le Canada aussi.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.