Territoires canadiens : Avenir houleux pour l’industrie minière

28 mars 2013
0 Commentaire(s)

Le plus récent rapport du Conference Board du Canada concernant l’industrie minière pour 2013 prévoit que l’année en cours vaincra la fragilité du marché et terminera en croissance.

L’incertitude planant dans l’économie mondiale se reflète dans les perspectives financières du Canada, mais n’a pas d’influence considérable sur l’industrie des mines dans les territoires canadiens. En effet, c’est ce que rapportent les perspectives territoriales de l’hiver 2013, publiées par le Conference Board du Canada, en collaboration avec le Centre pour le Nord.?

Prévisions
Le secteur minier du Nunavut connaîtra à la fois les effets d’une croissance accélérée, mais certains risques à la baisse le guettent. En 2012, la production à la mine d'or Meadowbank a largement dépassé les prévisions initiales et la production devrait continuer de croitre au cours des trois prochaines années. D'autre part, le projet de minerai de fer, Mary River évalué à 4 milliards de dollars a été revu à la baisse, totalisant la somme de 740 millions. Le plan révisé prévoit entre autres moins d’exploitation de minerais de fer, l’absence d’une ligne de chemin de fer ou l’accès au port Steensby. Malgré toute cette agitation, la croissance économique globale au Nunavut devrait être de 3,4 % en 2013 et de 8,8 % en 2014.?De leur côté, les Territoires du Nord-Ouest devraient croître de 0,2 % en 2013, ce qui constitue une amélioration par rapport à la baisse du produit intérieur brut survenue en 2011 et 2012. Ce déclin a été relié au déclin de l'industrie du diamant. Heureusement, les TNO n’exploitent pas que cette roche. De fait, le développement et l’étude de plusieurs mines de métaux au cours des prochaines années seront les principales causes de la forte croissance économique de 2,6 % prévue pour 2014.??Pour sa part, le territoire du Yukon verra sa production minière grimper. Ainsi, son PIB devrait augmenter de 6,3 % en 2013. Cette année, débutera au territoire la construction de la prochaine mine d’or Eagle Gold de la compagnie Victoria.?
Selon Anja Jeffrey, la directrice de Centre pour le Nord, des répercussions positives sortiront de ces résultats miniers pour les territoires canadiens. Au point de vue économique, elles se manifesteront par un grand potentiel de croissance, voire presque le double de ce qu’il représente actuellement.
Cependant, il y a des risques liés à l’augmentation, a-t-elle souligné. En quelque sorte, les facteurs commerciaux, la capacité à suivre les compétences, à considérer les traités autochtones et la planification du développement des infrastructures sont à tenir en compte, sinon, les territoires ne seront peut-être pas capables de réaliser cette croissance potentielle.
« Ces derniers sont les facteurs primaires proposés dans l’industrie minière », a communiqué Madame Jeffrey. Elle a ajouté que l’industrie minière aura comme défi d’attirer et de retenir des employés au cours de la prochaine décennie. ?

Quoi retenir pour les TNO
Les points marquants du rapport sont que de nouvelles mines verront le jour à travers le Nord, mais que chaque territoire devra traiter avec différentes circonstances. Aux Territoires du Nord-Ouest, par exemple, l’accroissement a été en « dépression » durant de nombreuses années. Il faut ajouter à cela que l’industrie minière est en lente reprise de production. Cependant, les mines de métaux influenceront la légère poussée économique des TNO, et ce, en raison d’une évolution. Les mines de diamants ont prédominé dans les quinze dernières années aux TNO et ce seront les nouvelles mines qui compenseront pour le fait que celles de diamants déclineront à long terme.
Également, les Territoires du Nord-Ouest, en raison du transfert des responsabilités, entrent dans un nouveau domaine politique. Grâce à cette entente, ils auront plus d’influence sur la prise de décision. Anja Jeffrey a exprimé la possibilité de « peut-être voir les politiques des TNO pousser dans des directions que nous n’avons jamais vues auparavant parce qu’elles étaient déterminées par le gouvernement fédéral ».

Yukon et Nunavut
Ce qui ressort de ce rapport et ce qui est important de retenir pour les années prochaines est que le produit intérieur brut (PIB) au Yukon, Nunavut et aux Territoires du Nord-Ouest devraient progresser de 2,8 % en 2013 et de 5,4 % en 2014, tandis que celui du pays croitra de 2,2 % en 2013.?De plus, malgré l’incertitude qui règne à court terme, la demande mondiale pour les métaux suggère que les perspectives minières pour le Nord canadien sont prometteuses.