Sur les ondes : Aux origines de la musique XII

Aux débuts de notre ère, période dans laquelle l’Empire romain domine toutes les régions de la mer Méditerranée, la musique de la scène de l’Antiquité trouve sa splendeur dans les théâtres, amphithéâtres et odéons de Rome.


Le rayonnement de Rome reçoit les lumières artistiques des peuples de l’Antiquité, polarisées par deux cités : Alexandrie et Athènes. Alexandrie avait été fondé au quatrième siècle av. J.-C par Alexandre le Grand dans le delta du Nil et à sa confluence à la mer Méditerranée. À partir de leur fondation, elles reçoivent progressivement les courants artistiques et littéraires de l’Égypte et la Grèce et deviennent le port principal du commerce du papyrus, nécessaire à l’écriture. Une des plus belles descriptions de sa période d’apogée culturelle et musicale est faite par Plutarque, historien romain, qui en parlant de Cléopâtre, décrit ses déplacements dans une barge à la poupe d’or, aux voiles pourpres, aux rames d’argent glissant sur l’eau au rythme des flûtes, harpes, luths et autres instruments. Athènes rayonne à partir de ses festivals musicaux, le théâtre et la littérature.


Trois facteurs principaux propulsent la musique de la scène à Rome. D'abord le développement de la littérature latine marqué par les écrits de Plaute (théâtre), Cicéron, Julius César, Quintilien, Titus Livius, Seneca (histoire et rhétorique) Virgile, Horace, Ovide, et Vitruve (architecture). Puis, la construction des grandes infrastructures théâtrales comme les théâtres, amphithéâtres et odéons dans lesquels la pantomime introduit plusieurs instruments musicaux comme partie de ses spectacles. Enfin, la création des écoles d’enseignement musical et la croissance du nombre de professeurs privés.


Être musicien (musici) est une profession reconnue par Cicéron au même titre que géomètre et grammairien. Bien qu’il y ait de nombreux professeurs privés, souvent des esclaves affranchis, qui enseignent aux enfants des familles de patriciens; ils ont aussi des écoles structurées par des équipes de professeurs, telles que la Scola Tibicinum dans lesquelles les étudiants apprennent l’art de la tibia, les écoles Fidibus Canere où on enseigne à jouer des instruments à cordes tel que la cithare et la lyre, et les écoles militaires dans lesquelles les tibicines bucinatores cornicines et leticines apprennent à maitriser les signaux et mélodies militaires. La cithare romaine et grecque est valorisée par ses propriétés acoustiques capables de reproduire plusieurs octaves musicales, et la tibia par ses harmonies entre ses deux flutes.

L’enseignement est oral, l’apprentissage de la notation musicale écrite est réservé à une élite des musici qui étudient la théorie et philosophie de la musique héritée de la Grèce.

L'auteur anime Trésor de la musique classique,
le dimanche et le mercredi à 21 h sur les ondes de Radio Taïga.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages