Sur les ondes : Aux origines de la musique X

La musique romaine de l’Antiquité était pratiquée dans deux espaces régis de manière différente par les lois romaines : l’espace privé et l’espace public. La musique de l’espace privé était pratiquée dans un environnement individuel ou familial.

Dans cet espace les Romains étaient conservateurs, l’instrument musical privilégié dans cette espace était la tibia, instrument à vent muni d’une anche double en roseau appartenant à la famille des aulos et qui souvent était structurée par deux tuyaux. La lyre et la cithare ont été intégrées lentement vers la fin de la République romaine. À la manière de la religion privée, les musiques rituelles jouées dans les espaces publics ne pouvaient pas être jouées dans les espaces privés.


La musique des espaces publics était caractérisée par la musique jouée dans des évènements sociaux réglementés par les gouvernances militaires et religieuses de Rome ; lesquels, pendant la période républicaine (de 509 à 27 av. J.-C.), étaient régis par les consuls, le sénat et le Pontifex Maximus en suivant le Calendrier républicain ; tandis qu’à la période impériale (de 27 av. J.-C au 476 ap. J.-C.) les pouvoirs militaires et religieux étaient régis par une seule personne : l’empereur, chef du pouvoir gouvernemental et Pontife Maximus. Les activités sociales et musicales de cette période étaient organisées selon le Calendrier Julien. Ce calendrier solaire remplace les noms des mois Quintiles et Sextiles du calendrier républicain par les noms Julius et Auguste, et divise le mois non pas en semaines, mais en calendes (les premiers six jours) en nones (les huit jours suivants) et en ides (les jours du mois restants). Des 365 jours de ce calendrier, les festivals, les présentations théâtrales, les luttes de gladiateurs, les cérémonies dédiées aux dieux, aux vestales et les spectacles équestres étaient réalisés dans les 109 jours dits « néfastes » dans lesquels tous les bureaux civils étaient fermés.


Les instruments musicaux utilisés dans les espaces publics dépendaient de la nature des évènements. Ainsi les instruments utilisés par les activités militaires et civiques étaient le lituus, la tuba, la corne, et le buccin. Ils n’étaient pas seulement utilisés pour produire des sons militaires, mais pour jouer des mélodies monodiques à caractère moral et artistique. Deux fois par année, ils étaient purifiés dans des cérémonies religieuses appelées Tibilustrium. Les musiciens de ces instruments (les leticines, les tubicines, les cornicines et les buccinateurs) étaient des professionnels formés dans des écoles militaires de musique.

L'auteur anime Trésor de la musique classique,
le dimanche et le mercredi à 21 h sur les ondes de Radio Taïga.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages