Non conçus pour les handicapés : Autobus de Yellowknife

25 août 2000
0 Commentaire(s)
La ville de Yellowknife a investi 720 000 $ pour acheter 4 nouveaux autobus, mais a omis de prendre en considération les besoins des gens faisant face à des difficultés de mobilité, visuelles et auditives. Des citoyens mécontents ont récemment fait savoir leur désapprobation à la ville à propos de la manière dont le dossier a été géré.

« Je ne peux pas me servir de ces autobus », s'est plaint Bill Burles, un jeune homme de 23 ans condamné à un fauteuil roulant. Il est également le co-président du N.W.T. Council for the Disabled. « Je dois grimper trois à quatre marches avant de pouvoir franchir l'allée qui est trop étroite. » M. Burles a indiqué qu'il ne prend jamais l'autobus puisque le service de taxi et ses parents peuvent le mener à bon port plus rapidement. Il a également le privilège de résider au centre-ville, ce qui lui donne un avantage sur les résidents handicapés vivant en banlieue.

« Plusieurs de mes amis ont eu des problèmes. Ils m'ont tous dit que ce serait une véritable expérience de monter à bord l'autobus. » À la ville, certains conseillers ont laissé entendre qu'ils cherchaient les moyens disponibles pour améliorer la situation. L'un d'entre eux a indiqué qu'une évaluation des coûts aurait lieu indépendamment du conseil et de la compagnie qui a fourni les autobus.

« Il est primordial de noter que plusieurs sortes de handicaps devront être pris en considération ainsi que les besoins des personnes âgées », a indiqué le conseiller Ben McDonald. « Certaines choses sont faisables, comme coller du ruban adhésif fluorescent sur les passerelles et dans les allées et baisser les cordes reliées aux sonnettes. »

Ce dernier a signalé que l'omission des besoins des gens souffrant de difficultés physiques a été une bévue du conseil lors de l'achat. L'offre d'achat présentée au conseil servait essentiellement à améliorer le réseau de transports en commun. Le détail a été raté lorsque l'offre a été examinée.

M. McDonald a également laissé entendre que la ville examinerait les frais de sous-contracter un autobus pour les personnes ayant des difficultés de mobilité.

« En dépit de la bourde monumentale qu'elle a accomplie, je pense que la ville a tenté gentiment de se racheter après le fait », a souligné Bill Burles. « Peut-être que d'ici 2020 ils auront un système accessible à toute la population », a ajouté ce dernier en ricanant.

Aggie Brockman appuie les commentaires de M. Burles. La directrice du N.W.T. Council for the Disabled estime également que la ville aurait dû entreprendre plus de consultations avant d'acheter les autobus. « Environ 13 pour cent des résidents des Territoires ont un handicap quelconque. Ces handicaps ne sont pas tous sérieux, mais devraient être pris en considération lorsque des services sont offerts à la population », a déclaré Mme Brockman.

La question pourrait de nouveau être soulevé lors des élections municipales, qui auront lieu cet automne. Le conseiller Ben McDonald a indiqué qu'il allait certainement défendre les intérêts des personnes handicapées.