Élections territoriales 2011 : Atmosphère détendue

 
De façon générale, la soirée électorale du 3 octobre 2011 s’est déroulée de façon plutôt détendue.
 
Un peu à l’image du taux de participation aux élections, la soirée de dévoilement des résultats n’a pas donné lieu à beaucoup d’éclat.
La plupart des quartiers généraux des candidats n’ont vu que quelques supporteurs se déplacer pour encourager leur candidat.
Il faut dire que le taux de participation de 48 %, mais surtout de 34 % dans la région de la capitale ténoise, en dit long sur l’intérêt des électeurs au moment de passer au vote.
« Avant que la campagne commence, on aurait dit qu’il n’y avait même pas d’élection qui allait se produire », avoue Robert Hawkins, réélu dans Yellowknife South. « On ne ressentait tout simplement pas l’engouement et les seuls qui créaient cet engouement, c’étaient les médias. C’était une combinaison entre CBC et les journaux et je crois qu’ils essayaient de créer un intérêt qui n’était pas là. C’était une élection très endormie. »
 
CBC prend le relais
 
Justement, la chaine CBC a réellement créé une atmosphère électorale lundi.
Lors des élections précédentes, Élections TNO organisait une soirée publique de dévoilement des résultats dans le grand hall de l’Assemblée législative. Cette année, Élections TNO a plutôt opté pour une présence publique numérique, dévoilant les résultats par le biais de leur site Internet.
CBC a donc pris l’initiative de reproduire l’idée, en invitant le public et les candidats à participer en se rendant aux studios de la chaine, à Yellowknife, ou en regardant en direct sur Internet.
Sue Glowach, responsable des communications, a confirmé qu’il s’agissait d’une première expérience du genre pour une soirée électorale.
« On n’avait aucune attente particulière en terme de participation du public, a souligné Mme Glowach. Nous voulions offrir la chance au public d’assister en direct au dévoilement des résultats et aussi leur permettre d’interagir entre eux. »
Toutefois, comme un peu partout ailleurs, ça n’a pas suscité énormément d’intérêt. CBC a même dû créer une ambiance électorale au début de la soirée en demandant à ses employés d’improviser une foule nombreuse.
Bien que ce ne soit pas faute d’avoir essayé pour CBC, il semble tout simplement que les gens n’avaient pas la tête aux élections. Il y avait environ une vingtaine de gens en continu dans les locaux de CBC durant la soirée électorale.
 
Plus d’engagement
 
Le député réélu dans Kam Lake, Dave Ramsay, espérait fortement que la journée soit plus animée.
« Je me suis réveillé ce matin et le soleil brillait, ça semblait très beau et je me suis dit que le taux de participation serait peut-être un peu meilleur dans la ville de Yellowknife. Mais de ce que j’ai entendu jusqu’à maintenant, et de ce que je sais, dans notre circonscription, ça n’a pas été très bon. »
Avec seulement 31 % de participation dans Kam Lake, le député a raison de se soucier de l’implication des électeurs.
Pourtant, lui-même n’est pas certain de comprendre ce taux de participation si faible.
« Même si on est dehors à cogner aux portes, je ne suis pas vraiment certain pourquoi les gens ne sortent pas voter. »
À son avis, il convient aux candidats de faire un meilleur travail pour engager les électeurs à voter.
« À notre époque, il n’y a aucune bonne raison pourquoi nous ne pourrions pas élaborer un système qui permettrait aux gens de voter de chez eux. Moins de 50 % de participation dans certaines circonscriptions, ce n’est pas bon, vraiment pas bon. »
C’est même plus bas que ça dans la capitale où le taux d’électeurs se situait à 34 %.