Ce qu’ils en pensent : Arsenic et mine Giant

05 novembre 1999
0 Commentaire(s)
Par curiosité, L’Aquilon a effectué une recherche dans les journaux desdébats de l’Assemblée législative des T.N.-O. afin de recenser les proposde nos députés sur différentes questions. Le premier sujet qui nous estvenu à l’esprit était celui des grandes quantités d’arsenic entreposées àla mine Giant. Le champion de la cause est le député de Yellowknife Nord, Roy Erasmus.

La période couverte par cette recherche a débuté en 1993 et se termine avec les dernières séances de l’Assemblée en septembre 1999. Le mot clé recherché était " Giant ". La recherche a visé deux types d’intervention des députés, soit des déclarations de députés et des séries de questions soulevées par les députés lors de la période des questions. Un total de 36 interventions en chambre a été recensées concernant la mine Giant. Un bien petit nombre cependant ont rapport à la question environ-nementale.

Nul ne sera étonné de savoir que la majorité des plus anciennes interventions de députés ou de ministres concernait la grève à la mine Giant. Nous avons omis ce sujet d’intervention. De 1993 à 1997, toutes les interventions portaient sur la question écologique. Le principal problème soulevé par les députés concernait les émissions de gaz sulfurique par la mine Giant. Ce n’est qu’en 1998 que la situation économique a commencé à prendre de l’importance en raison principalement de la chute du prix de l’or sur les marchés internationaux. En 1999, les déboires financiers de Royal Oak, la propriétaire de la mine Giant, a suscité également plusieurs interventions. Lorsque le sujet de la mine Giant était abordé, l’intérêt des députés s’est partagé également entre la question environ-nementale (émission de gaz sulfurique et entreposage d’arsenic) - 19 interventions - et la question économique - 19 interventions. Deux des interventions touchaient les deux sujets.

Le député Jake Ootes est celui qui a le plus souvent abordé la question de la mine Giant avec un total de dix interventions. Suivent ensuite les députés Roy Erasmus (9 interventions), Seamus Henry (4), David Krutko (4), Tony Whitford (2) et 6 députés avec une intervention unique (Charles Dent, Jim Antoine, Brian Lewis, Stephen Kakfwi, Ed Picco et Vince Steen). L’intérêt du député Ootes dans le cas de la mine Giant est surtout centré sur l’économique. Toutes ces interventions touchaient une question d’emploi ou de survie économique. Sept de ses questions sont survenus en 1999 alors que Royal Oak approchait de la banqueroute. Dans deux interventions, il se préoccupait également de la question de l’arsenic entreposée dans la mine. À une occasion, il demandait au ministre qui allait devoir payer pour le nettoyage.

Le député Erasmus se préoccupait davantage des impacts possibles sur la population des émissions de gaz et de l’entreposage d’arsenic à la mine Giant. Sept de ses interventions portaient sur ces questions. En septembre, il a cependant eu deux interventions qui portaient sur le soutien possible du gouvernement face aux employés de la mine. Sa dernière intervention exprimait clairement sa position face aux compagnies venues faire des millions de dollars dans le Nord et qui nous laissent souvent avec de véritables désastres écologiques à nettoyer.

Finalement, il est étonnant de s’apercevoir que quatre des 19 interventions portant sur la question de la pollution de la mine Giant provenaient de députés qui habitent à des centaines de kilomètres de Yellowknife : Jim Antoine, Ed Picco et David Krutko.

Si vous désirez que L’Aquilon fasse une petite recherche similaire sur un sujet particulier, faite parvenir vos suggestions à : aquilon@internorth.com.