Éditorial : Après l'Action de grâce

La fable de la cigale et la fourmi est une histoire qui gagne à se faire revisiter. Une nouvelle perspective sur cette scission entre la « pas prêteuse » et la « chanteuse » est d’actualité avec l’hiver qui s’en vient.
Il est primordial de savoir se situer dans ces descriptions animales. Avons-nous amassé tout l’été, ou avons-nous profité de la belle saison sans penser aux temps plus rigoureux?
Est-il plus important de favoriser l’économie ou de s’inspirer du lyrisme de la vie? Dans les deux cas, il y a la réalité d’un besoin fondamental : se nourrir. Et la cigale qui va crier famine chez sa voisine ressent bien les conséquences de son occupation estivale. Et la fourmi, autoritaire et austère, ne s’en préoccupe guère.
L’Action de grâce, où les Canadiens se rassemblent et partagent un repas pour célébrer les récoltes, est un exemple qui déjoue les antagonismes de cette fable : la dépense et l’épargne, le partage et l’égoïsme, la préoccupation de l’art et celle de l’économie.
Ce partage réunit les deux occupations de ces insectes. Comme le dit la directrice artistique de la compagnie de danse Sursaut : « […] on doit nourrir le corps, on doit nourrir l’esprit ».
Par extension, est-ce que c’est par hasard qu’il y a de grandes levées de fonds à cette période automnale?
Est ce que c’est pour jouer sur la corde sensible des fourmis de ce monde?


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.