Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest : Appui recherché

26 février 2015
0 Commentaire(s)
La présidente de la CSFTNO, Suzette Montreuil (Archives)

La présidente de la CSFTNO, Suzette Montreuil (Archives)

Une rencontre avec les députés de Yellowknife
 

La Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO) cherche l'appui des députés de Yellowknife pour que le ministère de l'Éducation, de la Culture et de la Formation fasse des plans de l'agrandissement de l'école Allain St-Cyr conformes au jugement de première instance.
C'est un des principaux éléments apportés lors d'une rencontre qui a eu lieu le 20 février entre les dirigeants de la CSFTNO et les députés de Yellowknife Glen Abernethy, Wendy Bizaro, Bob McLeod, Robert Hawkins, Daryl Dolynny, David Ramsay et Bob Bromley. Le ministère de l'Éducation, de la Culture et de la Formation a déjà montré des plans à la CSFTNO de l'agrandissement du gymnase et des classes spécialisées, mais la Commission aimerait que le ministère conçoive des plans tenant compte du jugement de première instance, c'est-à-dire avec des classes supplémentaires.
« Le site d'Allain St-Cyr a des contraintes d'espace, explique la présidente de la CSFTNO, Suzette Montreuil. Si on construit le gymnase sans anticiper d'éventuels ajouts ordonnés par la Cour suprême, il reste peu d'options. »
La CSFTNO a déjà fait parvenir cette demande à la sous-ministre de l'Éducation, Gabriela Eggenhofer, voilà quelques semaines. Suzette Montreuil ignore quand le gouvernement se prononcera sur cette demande. Lors de la rencontre du 20 février, aucun député, membre du gouvernement ou non, ne s'est prononcé.

Précision
La CSFTNO a profité de cette première rencontre avec le gouvernement actuel pour informer les députés sur l'ensemble de ses dossiers. « Nous avons, rappelle Suzette Montreuil, parlé du rôle que pouvaient jouer les écoles francophones dans l'augmentation de la population ténoise. Nous avons expliqué que la politique d'admission est différente à Allain St-Cyr et à Boréale. » Avec l'absence quasi absolue d'enseignement en français depuis le début du XIXe siècle et le manque de programme d'immersion, il y a eu beaucoup d'assimilation à Hay River. Là, comme à Yellowknife, la CSFTNO éprouve des difficultés à partager des locaux avec ses homologues anglophones, malgré de bonnes relations en général.
Les dirigeants de la CSFTNO ont également fait le point sur la situation juridique l'opposant au gouvernement, dans une perspective nationale. Ils ont fait état que le nombre d’élèves continue à croître à Allain St-Cyr même s'il y a hémorragie au secondaire. Pour contrer cette dernière, il faut des locaux spécialisés et une pleine programmation.