Art visuel : Apprendre tout en créant

23 mai 2013
0 Commentaire(s)
L’artiste biologiste Diane Boudreau à l’œuvre avec des élèves de l’école J.H. Sissons.
(Photo : Diane Boudreau)

L’artiste biologiste Diane Boudreau à l’œuvre avec des élèves de l’école J.H. Sissons. (Photo : Diane Boudreau)

Plus de 70 élèves de cinq écoles de la ville de Yellowknife ont participé à un projet artistique de Diane Boudreau.

 

Peindre en mettant à contribution du nouvel apprentissage fut ce qu’ont réalisé de nombreux élèves de la capitale des Territoires du Nord-Ouest au cours des dernières semaines. Avec l’aide de l’artiste biologiste Diane Boudreau, les jeunes ont peint deux mammifères et de la végétation en voie de disparition, soit l’ours polaire, le caribou boréal et la plante braya. Ces trois espèces menacées d’extinction proviennent toutes des Territoires du Nord-Ouest.

C’est grâce à une subvention du gouvernement territorial que Madame Boudreau a pu procéder à la concrétisation des toiles avec les enfants. « Je sais que les élèves aiment bien peindre », a-t-elle laissé savoir.
Pendant deux semaines, elle s’est promenée dans quatre écoles de Yellowknife, soit Allain St-Cyr, J.H. Sissons, St-Joseph, Déné K'alemi, et au mois de juin elle animera un atelier dans l’établissement scolaire Kaw Tay Whee. Dans chacune des classes visitées, les élèves ont produit environ 15 tableaux, pour un total de 75. De plus, il n’y avait pas de format de prescrit puisqu’ils ont été produits sur du matériel recyclé.
De son côté, l’artiste a également peint trois œuvres.

Avec l’intention de peindre les toiles, Diane Boudreau souhaitait également renseigner les élèves sur la disparition possible de l’ours polaire, du caribou boréal ainsi que de la plante braya. Elle a expliqué que pour des raisons évidentes, il est difficile de poser des gestes de grands impacts qui pourraient assurer un nouvel avenir à ces créatures.
L’artiste biologiste a mentionné aussi que les jeunes ont été réceptifs et qu’ils connaissaient déjà le sujet avant qu’elle leur transmette de l’information. À son avis, le fait d’avoir mis ces sujets sur des toiles leur permettra de se remémorer ces espèces les plus à risque et de créer des liens. Elle a d’ailleurs ajouté que l’art sert aussi à l’information.
Et par cette expérience, Madame Boudreau voulait que les élèves comprennent qu’il y a des impacts même si ces espèces sont loin.

Diane Boudreau a laissé entendre que son projet comportait trois étapes : « La troisième partie du projet, c’est de faire une exposition, de donner une visibilité aux 75 peintures des jeunes, plus les miennes. » Ainsi, elle a invité la population ténoise à aller admirer les résultats des dessins des élèves au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles, le samedi 15 juin 2013, de 12 h à 16 h.
Aussi, le lendemain, l’exposition sera au centre des artistes ARCC, de 12 h à 16 h, au 4913, 50e Rue.