Action de charité : Aider à petit prix

27 septembre 2012
0 Commentaire(s)
(Photo : Noémie Bérubé)

(Photo : Noémie Bérubé)

La deuxième vente de vêtements neufs et usagés pour venir en aide aux familles militaires dans le besoin par l’entremise du Centre de soutien aux familles de militaires au nord du 60e s’est tenue le samedi 22 septembre.

Un des gymnases du centre Multiplex a été l’hôte de la deuxième édition de la vente d’objets à prix réduit pour enfants. Sur place, il y avait des vêtements pour enfants, des jouets et des accessoires pour les nouveaux nés qui permettaient à plusieurs familles de s’équiper au rabais.

Un appui aux familles militaires
Tous les objets et vêtements vendus samedi appartenaient à des individus qui ont du débourser la somme de 25 dollars, peut importe la quantité de matériel qu’ils possédaient, et ce, pour que leurs biens soient disposés sur les tables et mis en vente. Pour cette deuxième édition de l’année, ce sont quinze personnes qui ont apporté des effets avec l’intention de les vendre. Les prix des différents articles variaient entre 0,50, 1, 2 et 3 dollars. La somme amassée, incluant le coût d’inscription des « participants », a été versée au fond pour venir en aide aux familles militaires. Par la suite, le total des revenus des ventes était remis au propriétaire initial. Si certaines choses n’avaient pas été achetées, le possesseur repartait avec celles-ci ou pouvait les remettre à une œuvre de charité. Samedi dernier, les soldes ont été axés sur la saison d’hiver qui s’en vient avec la vente d’habits de neige, de bottes et de costumes d’Halloween. Également, des chariots, des berceaux, des couvertures d’enfants, des porte-bébés et de multiples autres vêtements pour les tout-petits étaient disponibles. Le 22 septembre dernier, la somme totale des vendeurs fut de 1854,25 dollars et le fonds a cumulé près de 400 dollars.

Pas directement pour les militaires
« On fait cela premièrement pour les militaires afin qu’ils puissent bénéficier de vêtements ou d’objets de seconde main, car on sait que ça coute cher équiper [les enfants] » a renseigné Sandra Lévesque. Les gens peuvent acheter des jouets qui sont peut-être trop chers initialement et qu’ils n’auraient pas payés au prix régulier.
Fonds militaire Le fonds pour les familles militaires sert surtout à soutenir les familles lorsqu’un « drame » se déroule. Par exemple, si la maison d’une famille de militaire brûle, le fonds pourra les aider en procurant des brosses à dents, des biens essentiels ou une épicerie, dans le but de les aider jusqu’au moment où les questions d’assurance sont réglées. Il sert également à simplement soutenir la famille lorsqu’un militaire est déployé. « C’est un côté humain à tout cela, une aide », a souligné Mme Lévesque. Différents événements sont organisés à travers le Canada pour ramasser des sous pour le fonds des familles des militaires de chaque région. « En tant que militaire, je suis très heureuse de savoir que des choses comme cela se font. S’il m’arrivait quelque chose à ma famille et à moi et que l’on était dans le besoin, je sais qu’il y a quelque chose qui est là pour nous aider », a rapporté la capitaine et officier des affaires publiques, Sandra Lévesque.
Il s’agissait de la deuxième édition, car il y a également eu une vente en juin dernier et cela avait été un succès. Dix-neuf vendeurs avaient été du rendez-vous, et plus de 100 acheteurs.

Mme Paméla Cooper-Hollahan, initiatrice du projet, n’était pas en mesure de dire combien de gens ont reçu de l’aide du fonds jusqu’à présent, puisqu’il est nouveau à Yellowknife et que c’était la deuxième fois. Il n’y a donc pas encore de statistique permettant de le savoir.
Pour participer ou devenir vendeur lors d’une prochaine édition, il suffit d’écrire à l’adresse ykchildrensthrifsale@hotmail.com et de mentionner vos intentions. Il est aussi possible de faire des dons à cette adresse. Plus le nombre de gens qui participe à la vente est élevé, plus il y a de trucs à vendre et plus il y a de choix. Mme Cooper-Hollahan dit qu’ils ont toujours de besoin de bénévoles et en plus, ceux-ci ont le privilège de pouvoir magasiner avant tout le monde, lors des ventes.
« S’impliquer pour la cause permet d’avoir la satisfaction de voir des individus retrouver des objets, des vêtements, et ce, à moindre coût », a confié Sandra Lévesque. De plus, ajoute-t-elle, pour le côté environnemental cela permet de ne pas jeter les choses et de les réutiliser.

Le centre de soutien aux familles des militaires au nord du 60e a appuyé la vente en faisant de la promotion.