Gîte du passant « Whooping crane guest house » à Fort Smith : Accueil chaleureux, sommeil de qualité et déjeuner de luxe

10 septembre 2010
0 Commentaire(s)
Dans sa maison de style très canadien, Mme Aubrey offre des déjeuners composés de crêpes fourrées, ou encore, de quiches aux asperges avec fruits frais. De plus, chaque chambre dispose de sa propre salle de bain, d'un téléviseur et d'Internet. (Photo : Édith V-R)

Dans sa maison de style très canadien, Mme Aubrey offre des déjeuners composés de crêpes fourrées, ou encore, de quiches aux asperges avec fruits frais. De plus, chaque chambre dispose de sa propre salle de bain, d'un téléviseur et d'Internet. (Photo : Édith V-R)

Marie-Christine Aubrey, une francophone bien établie à Fort Smith, ouvre dorénavant les portes de sa somptueuse demeure en bois rond aux touristes et visiteurs de Fort Smith.

Le « Whooping crane guest house » a ouvert ses portes de façon impromptue, à la fin du printemps dernier, c'est du moins ce que raconte son hôtesse, Marie-Christine Aubrey...

« C'était au mois de mars dernier, j'étais très malade et alitée en raison d'une grippe. Puis, à 11 h du matin, j'ai reçu un appel de France... », raconte-t-elle. De là, elle a fait la connaissance d'une Québécoise nommée Maryse et employée à Terres Canada, une agence de voyage française, spécialiste de voyage au Canada et aux États-Unis. Mme Aubrey avait été référée à cette dame par nulle autre que... Françoise Jaussoin (ancienne journaliste à L'Aquilon). « Françoise avait fait l'éloge de ma maison! », s'exclame Marie-Christine Aubrey. Ainsi, la dénommée Maryse voulait envoyer des touristes français à Mme Aubrey. « J'ai dit non! », raconte-t-elle. Puis, de fil en aiguille, l'appartement qu'elle louait s'est libéré, et puis toutes ses autres chambres, au mois de mai. « Je voulais un changement », retrace la dame. Elle a donc accepté d'héberger un auteur de Toronto, au mois de mai, à la suite d’une demande spéciale d’une employée de la bibliothèque de Fort Smith. « Il a tellement aimé son séjour qu'il n'aurait pas voulu partir! Il m'a dit qu'il n'avait jamais aussi bien dormi et qu'il avait apprécié le chant des oiseaux qu’on entend le matin de la chambre », partage Mme Aubrey, qui du coup, a adoré l'expérience. « Quand Maryse m'a rappelée, je lui ai dit : "Ok! Je les prends!" » Depuis lors, de Téhéran à Calgary, en passant Terre-Neuve, Marie-Christine Aubrey a accueilli des gens de partout. Elle est d'ailleurs complète jusqu'en décembre pour ce qui est de son appartement (elle loue aussi deux autres chambres).

 

Pourquoi le « Whooping crane »?

Pour Marie-Christine Aubrey, le nom de son gîte du passant « Wooping crane guest house » (Gîte de la grue blanche) a une signification particulière. « C'est quelque chose de typique, ici à Fort Smith [la grue blanche]. C'est aussi quelque chose d'unique! », soutient aussi la dame, en faisant référence à la migration estivale de la rarissime grue blanche aux abords de la petite communauté ténoise. Mais plus encore, il s'agit de l’oiseau ayant inspiré ses premiers morceaux d'art textile, à l'occasion d'une conférence internationale à Fort Smith, en 2001. « Je devais créer une courtepointe représentant une grue blanche », raconte Mme Aubrey. Depuis cette première pièce d'art décoratif, l'artiste (et maintenant hôte d'un gîte du passant) ne se lasse plus de créer. « Cette première œuvre m'a inspirée », confie-t-elle, tout sourire.

 

Accueillir des gens de partout est un plaisir évident pour la dame qui a, d'une certaine façon, trouvé une nouvelle passion. « Je ne suis pas retenue par ce gîte du passant! », ajoute-t-elle, en annonçant qu'il ne lui reste que deux ans avant sa retraite de son emploi au centre de santé de Fort Smith. Elle semble au comble du bonheur lorsqu'elle décrit le menu déjeuner « écolo, actuel et frais » qu'elle offre à ses visiteurs. Aux petits soins, elle trouve sa joie dans le soucis du détail et les petites attentions qu'elle laisse pour eux : « Je ne suis pas comme Madame Tout le monde!»

 

Une nouvelle passion qui semble, jusqu'à maintenant, engendrer bien des passionnés!