Up Here Business : Accent sur les francophones

22 juillet 2010
0 Commentaire(s)
Michael Ganley, le rédacteur en chef du magazine
discourt devant l’audience. (Photo courtoisie EB)

Michael Ganley, le rédacteur en chef du magazine discourt devant l’audience. (Photo courtoisie EB)

Le magazine nordique Up Here Business a publié une édition consacrée à l’entrepreneuriat francophone dans le Nord canadien, pour son numéro du mois de juillet 2010. 

 

« C’était un angle intéressant que d’aller chercher les entrepreneurs francophones, dont certains sont ici depuis le tout début », raconte Michael Ganley, rédacteur en chef du Up Here Business. « Je pense que beaucoup de gens ne savent pas que certains entrepreneurs sont francophones, alors j’ai pensé que ça pourrait donner des histoires intéressantes! », ajoute-t-il. M. Ganley souligne à quel point la communauté francophone est ancrée dans le Nord et que sa vision de l’entrepreneuriat diffère de celle des autres : « Ils ne sont pas seulement des employeurs, mais aussi, certains vont trouver des appartements, des meubles, etc. ».

Dans l’édition estivale, il est possible de retrouver des profils des entrepreneurs du Nord, des statistiques sur l’entrepreneuriat francophone, le Up Here présente d’ailleurs un article complètement écrit en français et rédigé par le journaliste Maxence Jaillet. En partenariat avec le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO), le magazine a lancé cette édition francophone le 15 juillet, au Northern Frontier Visitor Centre, à Yellowknife. Les partenaires yukonnais et nunavummiut du CDÉTNO et du magazine ont participé à l’événement par vidéoconférence.

M. Ganley, lui-même impliqué dans la communauté francophone (ses enfants vont à l’école Allain St-Cyr), explique que la francophonie est plus que des Québécois ou des Acadiens, par exemple, qui déménagent au Nord : ce sont des gens des Caraïbes, des Africains, des Européens, ce sont des gens de partout. « Ma famille est francophone, je suis né à Montréal, mais je ne parle plus français. Ma femme et mes enfants sont bilingues, je suis le pire en français dans ma famille! », s’exclame-t-il en riant.

« Nous essaierons sûrement de le refaire l’an prochain! », lance-t-il en terminant.