300 cours virtuels offerts d'ici 2001

02 juin 2000
0 Commentaire(s)
Les élèves habitant les communautés isolées auront bientôt une abondance de choix de cours à portée de main. Dès la rentrée en septembre, une trentaine de cours seront disponibles sur Internet dans des matières aussi diversifiées que les mathématiques, la chimie, l'anglais et la physique. Le ministère de l'Éducation, de la Culture et de la Formation a signé à Yellowknife un protocole d'entente d'une durée de deux ans avec le Calgary Board of Education le 24 mai dernier pour permettre l'offre des cours sur Internet. Les deux groupes estiment qu'environ 300 cours seront accessibles d'ici 2001. Ce nombre est trois fois plus élevé que la limite de crédits que les élèves ténois doivent compléter pour terminer leurs études secondaires.

« Plus de 90 pour cent des élèves au niveau secondaire peuvent maintenant rester à la maison avec l'appui de leurs parents et fréquenter les classes de onzième et de douzième année », a indiqué le ministre responsable de l'éducation, Jake Ootes. « Les écoles offrant une sélection de cours limitée pourront offrir plus d'options à leurs élèves ».

La totalité des cours a été conçue par le conseil scolaire de Calgary. L'enseignement se fera à partir de la métropole albertaine pendant que des enseignants du Nord superviseront les travaux des élèves. Ces derniers devront suivre une formation de base en informatique et en navigation d'Internet avant de se brancher à leurs classes virtuelles. Quant aux enseignants, 10 d'entre eux suivront une formation à Calgary l'été prochain. D'autres formations sont prévues pour l'automne et contribueront à élargir le réseau de superviseurs. Ils pourront éventuellement participer à l'élaboration de nouveaux cours qui seront diffusés sur Internet.

Les élèves auront accès à leurs cours grâce à un programme intitulé WebCT qui est relié au réseau de communications digitales (RCD). Un cours intitulé Northern Studies 10 a été le projet- pilote et le modèle retenu en exemple lors du dévoilement de l'entente. Une enseignante de Norman Wells offrait le cours sur la culture nordique tandis que des superviseurs demeurant dans d'autres communautés surveillaient le travail de leurs étudiants.

Les parents et les élèves ne devraient pas s'attendre à ce que la technologie traditionnelle soit exclue des classes virtuelles. « Certains cours nécessitent l'emploi de manuels et de cahiers », a indiqué Cathy Faber, une représentante du conseil scolaire de Calgary. Cette dernière affirme que la mode actuelle est pour ceux qui sont branchés. « Plus de 1 600 élèves calgariens participeront au projet à partir du mois de septembre », a-t-elle laissé entendre.