L'UNESCO à Déline : 1ère réserve de biosphère septentrionale au Canada

18 août 2016
Vue du grand lac de l'Ours, à Déline, où la biosphère Tsá Tué vient d'être célébrée. (Crédit photo : Sandra Inniss)

Vue du grand lac de l'Ours, à Déline, où la biosphère Tsá Tué vient d'être célébrée. (Crédit photo : Sandra Inniss)

La communauté de Déline recevait en grand le 11 août dernier pour célébrer la nomination du territoire de Tsá Tué comme étant la première réserve de biosphère mise en place par et pour une communauté autochtone.

Madame Meriem Bouamrane, spécialiste du Programme sur l'homme et la biosphère (MAB) à l'UNESCO, était heureuse de remettre le document officialisant cette nouvelle désignation en main propre à la communauté du Grand lac de l'Ours, maintenant membre de la grande famille des réserves de biosphère. L’unique réserve de biosphère canadienne au-dessus du 60e parallèle rejoint une famille qui totalise ... 669 réserves à travers le monde.

En plus des représentants de l'UNESCO et du gouvernement des TNO présents, on a pu apercevoir des invités spéciaux tels que l'environnementaliste Dr David Suzuki et son collègue Miles Richardson. Tous se sont rassemblés pour cette journée de célébration hautement inspirée des traditions ancestrales, une occasion de reconnaître le processus initié par les résidents du Sahtu, sur le futur de ce territoire, ainsi que sur ses enjeux.

«C'est prometteur pour nos enfants. Déline peut être un exemple de comment on peut préserver les traditions, la langue, par le biais [d'un projet comme celui] de la réserve de biosphère », a déclaré Michael Neyelle, président du conseil d'intendance de Tsá Tué.

Un dossier spécial cette semaine dans L'Aquilon: 

L'UNESCO à Déline - Vision ancestrale respectée 
Déline en bref 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.