Infrastructure routière : 1045 mètres plus tard

20 septembre 2012
0 Commentaire(s)
Le pont Deh Cho qui relie le fleuve Mackenzie à Fort Providence sera complété d'ici les prochaines semaines. Il reste toutefois beaucoup de travail à faire avant l'inauguration officielle qui devrait se tenir à la fin du mois de novembre ou au début décembre. Aucune date précise n'est prévue pour le moment. (Photo : Noémie Bérubé)

Le pont Deh Cho qui relie le fleuve Mackenzie à Fort Providence sera complété d'ici les prochaines semaines. Il reste toutefois beaucoup de travail à faire avant l'inauguration officielle qui devrait se tenir à la fin du mois de novembre ou au début décembre. Aucune date précise n'est prévue pour le moment. (Photo : Noémie Bérubé)

Les médias des Territoires ont été invités lundi, le 17 septembre à se rendre à Fort Providence pour être les premiers… ou presque à marcher sur le fameux pont Deh Cho.

Si les premières voitures devaient le traverser à la fin de l’année 2011, le ministère des Transports prévoit que l’inauguration officielle s’effectuera finalement à la fin du mois d’octobre ou au début du mois de novembre. Et cette fois-ci sera la bonne!
Lundi, les journlaistes invités opnt pu traverser les 1045 mètres de béton avant le reste du public. Munie d’un casque protecteur et d’un dossard fluorescent, nous avons marché au travers des diverses équipes de travail qui s’affairaient à installer le dernier hauban et les câbles qui aideront à le supporter.
Sur le chantier, d’autres hommes effectuaient les travaux d’asphaltage qui ont débuté récemment. La température clémente du début de l’automne est favorable à l’échéancier prévu pour l’asphaltage. Si tout continue à bien aller, celui-ci devrait être respecté.
La construction de la structure a débuté en 2008 et devait être terminée en 2011, mais puisqu’il y a des travaux qui ne pouvaient pas être réalisés à l’hiver, le délai de la fin de la construction a été repoussé.
« La clé pour nous dans la construction du pont, c’est la qualité et la sécurité et nous avons des équipes sur le terrain pour nous en assurer », dit Ann Kulmatycki, chef de section de structures pour le département des transports du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest.
Dennis Hicks, représentant en gestion de projet pour le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, donnait également de l’information supplémentaire sur la structure.
La construction du pont du Deh Cho devait initialement coûtée 55 millions en 2000 et voilà qu’une décennie plus tard, la facture s’élèvera entre 200 et 202 millions de dollars.
Fouler cette structure devient alors encore plus impressionnant et excitant, car les ouvriers effectuaient des travaux sur le côté nord du pont et nous étions mêlés à cette action. « Pour le moment, le pont lui-même est terminé à cent pour cent, les bordures à 95 pour cent, la membrane à 20 pour cent et l’asphaltage reste encore à faire », déclare Ann Kulmatycki.


Bon pour l’économie canadienne
Le pont emploie entre 8 et 10 personnes des TNO. Ces derniers travaillent pour acheminer de l’essence, les services d’eau, l’épicerie, les transports de différents matériaux, etc. La longue structure permettant de traverser le fleuve Mackenzie jusqu’à Fort Providence est composée à 99 pour cent de matériaux canadiens. Seulement les câbles proviennent de la Grande-Bretagne et les joints d’expansion de la Suisse.
Seuls les camions commerciaux de plus de cinq tonnes auront à payer un droit de passage sur le pont. Un système informatisé situé du côté nord du Deh Cho se chargera des allées et venues sur l’infrastructure.

Toujours des travaux!
Après l’ouverture officielle, même si la circulation sur le pont sera active, les ouvriers se chargeront des derniers détails autour du pont, soit le ménage, la peinture des bords de la route, l’installation des directives pour la marine, etc.
Avec le temps, la couleur du pont se transformera en une teinte de rouge vin tirant sur le brun. Aussi, aucun véhicule n’a encore traversé la totalité du plus long pont au nord du Canada. Ce dernier devrait avoir une durée de vie de 75 ans, mais avec la maintenance et les travaux qui seront effectués au cours des années, il devrait être en fonction plus longtemps. Il s’agit du plus grand projet d’infrastructure publique aux TNO.