Des nouveaux à l’école Boréale : « Un accueil fantastique »

29 octobre 2015
0 Commentaire(s)
Les élèves de la classe de 3-4 de Nelson Dubé ont chacun reçu une réponse à leur lettre de présentation et de bienvenue à la nouvelle directrice de l'école Boréale, Carole McLaughlin. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

Les élèves de la classe de 3-4 de Nelson Dubé ont chacun reçu une réponse à leur lettre de présentation et de bienvenue à la nouvelle directrice de l'école Boréale, Carole McLaughlin. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

Carole McLaughlin mène la vague de la nouvelle équipe de l’école Boréale. Avec cinq nouveaux enseignants et aide-enseignants, la directrice de l’école francophone de Hay River ressent un soutien et une proximité au sein de son équipe.
Ayant déjà été directrice d’une école francophone à Néguac au Nouveau-Brunswick,  Carole McLaughlin connaissait la réalité d’une éducation intrinsèquement liée à la communauté. Pourtant, elle fut surprise dès ses premiers jours à Hay River de voir autant d’enfants et donc d’écoles pour cette collectivité de 3 600 habitants. « C’était ma première constatation, cette beauté d’avoir toutes ces écoles réunies. C’est un bienfait pour la communauté, et d’avoir l’école francophone dans cet ensemble souligne bien le défi d’amener la valeur ajoutée de la francophonie que les élèves doivent recevoir. » Carole McLaughlin explique qu’une de ses premières actions a été le dossier de l’affichage à l’école. Avec des petites interventions telles que la publication d’affiches en français, et la mise en première ligne de la bibliothèque en français, la directrice veut vraiment offrir un service francophone et se concentrer sur la littératie.
« Avec l’atrium et cet espace que nous possédons à l’école Boréale, il est important de continuer le même message envers notre ouverture à l’école-famille. Nous avons la place idéale pour le faire. En français. »
La nouvelle directrice s’appuie également sur l’expérience de son équipe et avance que l’accompagnement pédagogique qu’elle reçoit est remarquable.

Nelson Dubé
Un an après son baccalauréat au campus de Levis de l’UQAR, le nouvel enseignant s’est vite retrouvé devant un groupe d’élèves. Résultat : un début d’année bien occupé et deux extinctions de voix.
Sa classe de 3-4 de l’école Boréale est un groupe qui bouge beaucoup, concède l’enseignant. Il s’est d’abord assuré que le climat de classe est sécuritaire et favorable à l’apprentissage. Après l’acclimatation du mois de septembre, après que les élèves ont comprit comment M. Nelson travaille, les dernières semaines ont été le temps d’apprendre plus sérieusement.
« J’aime cette ambiance de petite école, avec un groupe peu nombreux, je peux avoir une approche personnelle plus rapidement avec les élèves. Nous ne sommes pas seulement ici pour l’apprentissage, mais aussi pour la valorisation du français. De savoir bien communiquer, aller chercher le cœur francophone, aller chercher le cœur de ce jeune ».
Dans la ville, je vois une bonne dose de jeunes qui nous offrent des services en français. Simplement de se faire offrir du maïs soufflé en français au cinéma ou de se faire servir en français à l’épicerie, c’est une des réalisations de l’école Boréale. Des jeunes de l’école où des anciens élèves démontrent l’importance de faire vivre le français à Hay River. »
Il se considère chanceux d’être à Hay River, de commencer sa carrière dans un environnement d’aventures, comme les TNO.