Arts : Regard bigarré

18 février 2010
0 Commentaire(s)

L’artiste Adèle Bisaillon dévoile son trait unique à la Maison bleue de Yellowknife.

Pour l’artiste-peintre Adèle Bisaillon, la beauté se trouve dans l’œil de celui qui la voit.

La Franco-Ontarienne, établie à Yellowknife depuis six ans, affirme ne jamais nommer ses œuvres pour ne pas influencer la perception des spectateurs.

« Je n’aime pas donner de titre à mes toiles parce que j’aime entendre ce que les gens y voient, dit-elle. Certaines personnes y verront la nature, d’autres l’abstraction, même des maisons. L’art est dans les yeux du public ».

Adèle Bisaillon peint depuis son tout jeune âge, mais depuis dix ans, elle le fait avec une détermination renouvelée. Après avoir terminé des études en design graphique et en peinture, elle entreprend une carrière dans le domaine des arts appliqués et peints pour le plaisir de ses proches et surtout pour sa propre détente.

« Je crée le soir, raconte la mère de trois enfants. Ça me permet de me perdre dans ma peinture. Je le fais pour moi. »

Encouragée par ses proches, elle a décidé récemment de sortir son talent du placard. Récemment, elle est devenue membre du groupe Aurora Arts Society, et on retrouve aujourd’hui ses œuvres dans certaines expositions publiques de Yellowknife et également à la galerie Northern Images.

Ses œuvres, tantôt abstraites, tantôt oniriques, se distinguent par leur aspect éthéré et par l’usage systématique des tons de terre : bruns verts, ocres. 

« La nature m’inspire définitivement, commente-t-elle. J’adore être dehors et les couleurs extérieures. J’adore les verts, les oranges et les tons chauds. »

Si l’artiste se reconnaît une sympathie pour le Groupe des Sept, c’est sa grand-mère qui demeure sa plus grande influence en peinture. « Ma grand-mère, elle aurait pu être professionnelle, mais elle n’a jamais eu le courage de le faire. Moi, je me suis dit, je vais le faire. »

Et voilà, c’est fait. L’Association franco-culturelle de Yellowknife présente l’exposition solo d’Adèle Bisaillon à la Maison bleue (5016, 48e Rue) jusqu’à la fin mars.