Gagnante de Chant’Ouest 2016 : « Partir avec son baluchon, loin de la maison »

03 novembre 2016
Sophie Villeneuve, gagnante du Prix Radio-Canada et de la presse francophone au concours Chant'Ouest. (Gracieuseté : Sophie Villeneuve)

Sophie Villeneuve, gagnante du Prix Radio-Canada et de la presse francophone au concours Chant'Ouest. (Gracieuseté : Sophie Villeneuve)

Sophie Villeneuve a eu une année ponctuée de succès : gagnante d’une bourse de la Yukon Film & Sound Commission, du concours Pacifique en chanson et plus récemment, de Chant’Ouest à Régina. L’Aquilon a interrogé l’artiste sur ses projets futurs.

Avec l’envie de casser la routine, l’auteur-compositrice-interprète Sophie Villeneuve, originaire de La Tuque au Québec, fait le grand saut vers Whitehorse. Elle participe aux activités de l’organisme Yukon Women in Music dès septembre 2015, et c’est à partir de ce moment que la scène musicale canadienne s’ouvre véritablement à elle.

Lors de Chant’Ouest, elle conquiert le public avec Le baluchon, Le p’tit cœur en laine au piano et Le pantin. Sa pièce Le baluchon dévoile sa philosophie de vie : sortir de sa zone de confort pour avancer. Éviter de rester dans un état stagnant. Ce qu’elle a fait en s’installant au Yukon. « Quand je suis trop longtemps dans ma zone de confort, j’arrête d’avancer, donc j’essaie de me déstabiliser avec un nouveau projet. »

Dans un article de La Presse, on dit que tu maitrises piano, guitare, trompette, harmonica, ukulélé. Est-ce qu’ils ont oublié le gazou?

C’est nouveau, je l’ai acheté au mois de septembre cette année. Pour Le baluchon, originalement, je faisais un solo de trompette, mais pour mon spectacle à La Tuque, j’avais déjà mon ukulélé et ma guitare à apporter dans l’avion. Je me suis dit... qu’est-ce que je vais faire pour mon solo de trompette?

C’est à ce moment que l’idée du gazou fait surface, et arrivée à Chant’Ouest, elle en parle avec son directeur musical, Gilles Tessier, qui aime l’idée. Tellement que ça a évolué en duo de gazou, avec la choriste, Michelle Campagne (la sœur de Carmen Campagne). Une touche d’humour, selon elle.

Présentement, l'artiste est en studio grâce à la bourse offerte par Radio-Canada et la presse francophone de l'Ouest (dont l'hebdomadaire L'Aquilon) pour l’enregistrement de ses trois chansons en français. Sophie Villeneuve aimerait concrétiser un album complet d’ici le printemps, pour le présenter au Festival international de la chanson de Granby, au Québec auquel elle participera grâce à sa performance à Chant'Ouest. Thème central de cet album : ses expériences amoureuses.

Après Granby, j’aimerais faire une petite tournée et me produire plus en spectacle avec un band complet au Yukon et au Québec aussi. Ma première performance full band sera le 5 décembre, au Old Fire Hall à Whitehorse, au spectacle d’ouverture de Philippe Brach, que j’adore.


Tu as mis en ligne la pièce La boite vocale il y a trois jours. As-tu vraiment reçu un message sur ta boite vocale?

[Rires] Oui, c’est fraichement sorti du four. L’histoire de cette chanson-là, c’est drôle, ça n’a même pas rapport avec un gars. L’année passée, j’ai eu une histoire négative, j’étais supposée [faire faire des travaux] sur ma maison, [les travailleurs] ne se sont pas pointés, et n’ont pas installé ce qu’ils devaient. J’étais tellement en maudit, j’ai commencé à écrire cette chanson-là très frustrée. Ça arrive tellement souvent des histoires d’amies, de ahhh le gars appelle et finalement leur dit « j’ai d’autres plans ». Alors je me suis dit que ça pourrait être cool que ce soit un gars qui a laissé le message vocal qui change les plans et qu’à la fin, ce soit la fille qui le laisse tomber sur sa boite vocale. Je me suis inspiré de Bernard Adamus et de Lisa Leblanc avec une saveur un peu crue.

Projets d’hiver
Elle se prépare, avec son copain, à partir dans « le fin fond des bois » pour vivre dans une cabane, pas d’eau, pas d’électricité, en chiens de traineau.

J’habite présentement dans une tente prospecteur et je me lève à 3 h du matin pour mettre du bois dans le poêle. On entraine les chiens de traineau, on ne peut pas faire ça en ville.

Alors tu pars pour trois mois?

Je vais revenir aux quelques semaines pour me ravitailler en nourriture, on va être sur un territoire de trappe [...]. On peut revenir avec les chiens, c’est quelques heures revenir en ville. Je le vois comme une opportunité d’écrire des chansons quand je vais être là-bas, de me concentrer et de ne plus être distraite [par les cellulaires]... tout ça. Je vois l’écriture de chansons pour un deuxième album, me reconnecter avec la vie des bois et m’en inspirer.
Un projet qui lui a inspiré une chanson en anglais The Sled Dog Lament, écrite il y a peu.

Elle raconte l’histoire d’un vieux chien de traineau qui était un chien de tête auparavant, mais qui reste maintenant dans la cour parce qu’il est devenu trop vieux et que ses hanches lui font mal. Il ne peut plus courir et voit les autres partir tous les matins, en espérant que la prochaine fois ce sera lui qui partira. « Une chanson minimaliste et intime », décrit la chanteuse.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.