Réseau TNO santé : « Je me sens comme en voyage »

24 février 2011
0 Commentaire(s)
Celle qui passe près du tiers de l’année loin de son nid se dit comme en voyage à Yellowknife. (Photo : Édith V-R)

Celle qui passe près du tiers de l’année loin de son nid se dit comme en voyage à Yellowknife. (Photo : Édith V-R)

Julie Lacroix, la nouvelle recrue de la Fédération franco-ténoise est une globe-trotter qui se sent en plein voyage, à Yellowknife!

Julie Lacroix, âgée de 26 ans, est à l’emploi de la Fédération franco-ténoise (FFT) pour le Réseau TNO santé (RTS) depuis la fin du mois de janvier dernier. Diplômée en administration, elle s’est jointe, en tant que chargée de projet, à Jean de Dieu Tuyishime, coordonnateur de RTS, pour l’aider dans la réalisation de ses projets, jusqu’en juillet prochain.  

Ses mandats

Tout d’abord, elle travaillera à remettre le répertoire des services en français au goût du jour, d’ici la fin du mois prochain. « Nous allons détailler tous les services qui sont offerts aux TNO (dans le domaine de la santé et de l’éducation) », dit-elle. Un guide des nouveaux arrivants était déjà en ligne, ce nouveau répertoire reprendra, entre autres, ces renseignements afin de les rendre actuels et plus complets.

 Au mois de mai, elle assurera aussi la mise sur pied d’un colloque dans le domaine de la santé. « On veut non seulement toucher les personnes qui parlent déjà français, mais on veut aussi sensibiliser les professionnels et les gestionnaires anglophones sur l’importance d’offrir des services dans différentes langues », partage la chargée de projet. Ce colloque se trouvera à être, en quelque sorte, l’aboutissement d’un projet déjà entamé sous le nom de « Petite séduction ». Celui-ci visait à informer les gens dans le domaine de la santé sur les besoins des francophones et francophiles.  

« J’ai vraiment l’impression de pouvoir faire les choses par moi-même et d’apprendre beaucoup! », rapporte Julie, qui se réjouit de la disponibilité de Jean de Dieu Tuyishime lorsqu’elle a des questions. Étant à son premier emploi dans le domaine, elle vient de compléter un baccalauréat en administration, puis un MBA en relations internationales. Peu familière avec le domaine de la santé, Julie partage qu’elle écoute les chroniques de M. Tuyishime afin d’en apprendre plus.

« C’est surtout l’amour qui m’a amené à Yellowknife! », raconte la jeune femme originaire de Québec, dont le copain a été transféré à Yellowknife. Ayant demeuré en Chine et en Allemagne durant ses études, elle n’en est pas à sa première expérience en milieu francophone minoritaire. « Je me trouve vraiment chanceuse de pouvoir découvrir ce petit coin de pays que je ne connaissais pas! », ajoute-t-elle. Passionnée de voyage – elle passe environ quatre mois par année en terre étrangère – Julie aimerait bien rester quelque temps à Yellowknife, du moins, assez longtemps pour y apercevoir un peu plus sa faune exceptionnelle.

Bienvenue Julie!