#moiaussi : « J’ai l’impression de les envoyer dans la gueule du loup »

Le musicien David Poulin en spectacle. (Crédit photo : Joël Ducharme)

Le musicien David Poulin en spectacle. (Crédit photo : Joël Ducharme)

La culture du viol dans l’industrie du film est sortie de l’ombre. Mi-octobre, plus de 30 femmes ont dénoncé Harvey Weinstein, le producteur hollywoodien de Pulp Fiction et de Django Unchained.
 

La culture de déni et d’impunité dans le monde des arts rend la vie misérable aux femmes comme partout ailleurs. Il s’avère que le milieu musical franco-canadien connait la même violence.


« C’est une réalité très fréquente et très commune. Les gens n’ont aucune idée de ce qui se passe, entre nos collègues mâles de l’industrie et les gens qui ne sont pas mâles. »


« Tu sais jamais si ça va être le technicien de son, quelqu’un d’un autre band ou un membre de l’industrie. Il y a tellement d’évènements et d’occasions, ça devient ta réalité. J’ai pas assez de doigts pour compter le nombre de femmes dans mon entourage qui ont vécu ça. »


Fiona – ce n’est pas son vrai nom - a vécu trois situations graves, sans parler de la maltraitance normalisée. Elle a été exploitée par un mentor, agressée par un producteur et harcelée par son partenaire lors d’une tournée de trois semaines à l’étranger.

Fiona est musicienne
« C’était excitant pour moi de faire une tournée avec un artiste plus établi que moi et de m’installer dans un nouveau marché. J’avais rencontré la personne plusieurs fois et on s’était bien entendus.


« Mais quand tu pars en tournée, y’a toute une dynamique quand t’es la seule femme. Est-ce que les gens avec qui je suis vont comprendre quand j’ai une mauvaise soirée parce qu’on me harcèle? Est-ce que je peux compter sur eux? »
La veille du départ, son collègue profite de leur rencontre pour lui faire une proposition. Première réaction : elle pense que son talent et son projet musical ne sont peut-être pas les véritables motifs de l’invitation à tourner ; elle songe à tout annuler. Mais la pub est faite et les fonds sont investis.


« C’est toujours comme ça, ils vont tester jusqu’à quel point ils peuvent te pousser. On a parlé, je lui ai dit que ça ne m’intéressait pas et je pensais que ça allait être cool. Mais j’avais repoussé ses avances et pour la tournée au complet, j’ai été maltraitée. C’était de l’intimidation constante, du matin au soir. Il passait des commentaires sur le corps des femmes qu’on voyait dans la rue. C’était toujours des stéréotypes du genre : on n’est pas le fun, les femmes, et si on prend notre travail au sérieux, on est des bitchs. C’était horrible. »

Denise est agente d’artistes
Pour Fiona, l’aspect sexuel n’est qu’un défi parmi d’autres dans l’industrie. « On est souvent sous-estimées, prises moins au sérieux et exclues du boys’ club. Ça mène à la création d’un climat où il est très difficile de traiter des problèmes. »


Denise – un pseudonyme - est agente d’artistes. « C’est difficile de protéger les femmes contre les agressions, surtout en l’absence de dialogue : on peut soupçonner, mais on n’est jamais certaine. Ce genre de chose arrive sans avertissement. »


« J’ai parfois l’impression que je les envoie sans protection dans la gueule du loup. Surtout quand on parle d’artistes émergentes qu’on essaie de propulser vers de nouveaux marchés. » Pour elle, la création d’un réseau d’hommes et de femmes solidaires au sein du milieu artistique est essentielle.


La chanteuse Rosanne travaille dans les communications. « Quand ça arrive, on se dit que ce n’est pas si grave que ça, que c’est mon imagination, que j’ai demandé pour et personne va me croire. On doute toujours que c’est arrivé pour vrai. Mais quand j’en parle, ça me revient et je sais que c’est vrai. »

Rosanne est chanteuse
Un jour, elle en a eu assez et elle en a parlé. Elle a reçu l’appui d’hommes de son entourage qui se sont mis à stigmatiser celui qui l’agressait.


« Ça m’a donné le courage de dire non et d’en parler à d’autres. Plus on en parle, plus y’a l’effet domino. Ces gens-là ont commencé à réaliser que ce n’était pas bien ce qu’ils faisaient. Je n’étais plus quelqu’un avec qui jouer. Les choses se sont calmées. »


Rosanne souhaite que le débat actuel mène à une prise de conscience et que leurs plaintes des femmes soient prises au sérieux.


Daniel Roa est un musicien de Winnipeg qui en a vu de toutes les couleurs. « Au début, le jeu peut sembler amusant, mais il y a une persistance de la part des hommes. Puis on apprend qu’il n’y avait pas de consentement. J’ai vu ça des centaines de fois. »


Le percussionniste se dit chanceux d’avoir été sensibilisé en début de carrière sur la vie des femmes dans l’industrie. « J’ai eu le plaisir de tourner avec les Wyrd Sisters, des lesbiennes qui chantent du folk. Y’a pas de meilleure école pour un jeune homme! J’ai travaillé avec des jeunes femmes très belles et il y avait toujours des hommes qui circulaient autour d’elles. »

Daniel est percussionniste
Auteur-compositeur, il a souvent participé à des évènements Contact de l’industrie musicale pour la francophonie canadienne. Il constate que la prédation sexuelle est surtout l’affaire d’hommes d’âge mûr ayant le pouvoir d’accorder des contrats.


« On espère que c’est la musique ou le goût du public qui les inspire, mais ça va plus loin que ça. Le pouvoir d’embauche est affecté par d’autres possibilités. C’est comme un jeu. Dans ce contexte, les limites sont un peu plus floues. On les voit toujours avec le bras autour des jeunes artistes. »


« Quelle sorte de pressions vivent-elles? Comment avancer dans leur carrière si elles disent non? On ne parle jamais de ça. J’ai vu des jeunes femmes dégoutées par les avances de certains producteurs. »
Daniel Roa s’interroge. « Les hommes, est-ce qu’on est complices de ces affaires-là? Est-ce que je peux faire quelque chose de plus dans l’industrie? »


Fiona a décidé d’affronter le silence en partageant son expérience avec d’autres femmes. Elles militent ensemble pour changer les politiques établies par les institutions pour entendre les griefs.


« Si on voulait que les choses soient justes, il faudrait que ce ne soit pas seulement les victimes qui se plaignent. On aura gagné quelque chose quand ce ne sera plus la job des victimes de porter le fardeau des plaintes. On est tellement épuisées. »

David est guitariste
David Poulin a commencé à jouer dans les bars alors qu’il était encore mineur. Aujourd’hui, 20 ans plus tard, il avoue qu’il n’en peut plus.


« J’ai toujours été un peu différent des autres. Je suis mal à l’aise avec les blagues sexistes. Je ne peux pas endurer de voir les hommes toucher les femmes comme s’ils pouvaient faire n’importe quoi. Et j’ai changé ma façon de réagir. »
Un soir, il a vu un homme passer derrière une femme et lui toucher les fesses en se dirigeant vers le bar. Il l’a suivi et confronté. « Ça demande du courage. »


Le plus difficile, « c’est de rejoindre les hommes qui pensent que c’est correct ; le plus gros défi, c’est avec mes amis les plus proches. »


Le chanteur de Sudbury se dit surpris du nombre d’agressions sexuelles. Mais ce qui le dérange le plus, c’est que les victimes sont « pas juste les femmes sexées, mais aussi les femmes seules, qui ne sont pas protégées. »
« Je suis en position de pouvoir et je peux faire plus que de faire semblant. Je suis rendu au point où il fallait que je fasse quelque chose de concret. »


Le 17 octobre, il a posté sur un réseau social un message qui commence ainsi : « HEY DOUCHEBAGS, STAY THE *#%& AWAY FROM ME! »


Le chanteur a choisi d’utiliser « un langage plus coloré que d’habitude » pour dire aux hommes : « C’est pas correct ce que tu fais, c’est pas drôle, arrête. Si t’essaie de m’entrainer avec toi, je vais te dénoncer et je vais te le dire en pleine face. »


Si David Poulin lance la pierre, il est aussi prêt à regarder dans le miroir. « Ça force une autoévaluation. On a tous été élevés là-dedans, on fait tous partie du problème. Ça prend pas grand chose, mais ça prend bien du courage pour changer. »
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.