Agence de développement économique du Nord : Floyd Roland attend la suite

20 août 2009
0 Commentaire(s)

 

Le premier ministre des TNO veut être un « véritable partenaire » d’Ottawa dans l’élaboration des politiques nordiques et ne plus « se faire dire ce qui se passe».

Le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, Floyd Roland, est déçu que la nouvelle agence de développement économique de la région du Nord soit situé au Nunavut plutôt qu’à Yellowknife, mais il avale la pilule.

« Nous avons travaillé fort pour faire valoir la candidature de Yellowknife. Les TNO étaient un endroit plus sensé, dit-il. […] Maintenant il va falloir voir comment le processus de prise de décisions fonctionnera [au sein de l’agence]. Nous attendons de voir comment ça va se passer. »

Mardi, le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a annoncé que la future agence baptisée CanNor allait être logée à Iqaluit et aurait des bureaux locaux à Yellowknife et à Whitehorse (lire le texte de Caroline Pelletier dans Le Nunavoix, p. 8).

En point de presse, le premier ministre Harper a reconnu qu’on lui avait vivement déconseillé le choix la capitale nunavoise pour baser les quartiers généraux de l’agence de développement économique. Selon Le Devoir, le premier ministre aurait déclaré que « les hauts fonctionnaires m’ont donné un million de raisons de ne pas l’installer à Iqaluit. Toutes avaient trait au sous-développement, au fait qu’il est plus difficile de loger ici une agence fédérale, de trouver des employés qualifiés et qu’il y avait toutes sortes de problèmes techniques. » Mais, le premier ministre a justifié son choix, en expliquant qu’en retenant un site inapproprié cela stimulerait le développement économique de la région.

Le député de Western Arctic, Dennis Bevington, a pour sa part indiqué au journal Yellowknifer qu’il considérait la décision comme politique. « J’espère que ça ne reflète pas la direction que l’agence prendra », a commenté le néo-démocrate.

Le Nunavut est le seul des trois territoires à être représenté au fédéral par un député conservateur. Le premier ministre des TNO n’ira pas jusqu’à affirmer que le choix était partisan, mais il ose tout de même dire que « plusieurs personnes aux TNO pourraient l’interpréter comme ça ».

« Il y a toujours énormément de spéculation sur la façon dont ce genre de décisions sont prises », ajoute Floyd Roland.

Selon le Yellowknifer, Stephen Harper aurait quant à lui indiqué avoir pris la décision ultime lui-même après avoir rencontré le ministre des Affaires indiennes et du Nord, Chuck Strahl.

Quand les premières rumeurs plaçant l’agence à Iqaluit ont commencé à circuler en juillet, le député de Kam Lake et ex-candidat conservateur, Dave Ramsay, avait déclaré à L’Aquilon qu’un tel choix ne pourrait être vu que comme une décision partisane. Il ajoutait qu’à Iqaluit « l’agence ne sera qu’un satellite d’Ottawa ». « Tout le monde sait qu’Iqaluit est situé à deux heures de vol d’Ottawa, analysait le militant conservateur. S’ils logent l’agence là-bas, ils vont pouvoir y envoyer des bureaucrates du Sud et ça restera un autre bureau fantoche téléguidé par Ottawa. »

La suite des choses pourrait lui donner raison. On a annoncé que la présidente de la future agence CanNor serait Nicole Jauvin. Celle-ci est conseillère principale au Conseil privé pour les nouvelles agences de développement régional. Elle réside donc dans la région de la capitale nationale et on n’a pas, pour l’instant, annoncé son déménagement sur l’île de Baffin

Véritables partenaires

Toujours diplomate, le premier ministre des TNO. Floyd Roland, ne remettra pas en question les intentions véritables du gouvernement conservateur, mais sa frustration envers la façon dont les annonces concernant le Nord sont prises à Ottawa est palpable.

« Nous voulons être de véritables partenaires dans le développement du Nord, nous voulons être consultés, dit-il. […]Nous ne voulons plus nous faire dire ce qui se passe ».

« La souveraineté [dans l’Arctique] ce n’est pas seulement une question militaire, poursuit-il. Nous avons toujours dit que ça passe d’abord par des communautés durables. Ce sont les gens qui habitent cette région du Canada qui en garantissent l’intégrité ». D’après le premier ministre Roland, Stephen Harper ferait bien « de parler avec les gens qui vivent ici » s’il veut développer des politiques nordiques qui font l’affaire des résidents du Nord. Il ajoute que le développement de l’infrastructure routière et du potentiel hydroélectriques des Territores du Nord-Ouest sont les principales requêtes de son gouvernement vis-à-vis d’Ottawa.

Quant aux négociations entourant la dévolution au gouvernement territorial de pouvoirs similaires à ceux des provinces, négociations qui sont au point mort depuis l’élection du gouvernement de Stephen Harper en 2006, Floyd Roland espère qu’elles reprendront prochainement.

« Ça dépend ultimement du fédéral. S’ils sont prêts à se rasseoir à la table de négociations, nous seront là . »